Intronisation du chef de Massasso : Ardiouma Tou “le fou” a eu raison de ceux qui doutaient de lui

13/02/2020
00:00

Ardiouma Tou est désormais reconnu "Massakê” de Massasso de Banfora. Il a été intronisé dimanche 2 février 2020 en présence de sa famille, amis et parents venus des quatre coins du Burkina Faso. Tolé Sagnon, chef de Karaborola et le chef de Tingréla ont présidé le cérémonial.

 

D'entrée de jeu, la grande famille de Massasso a souhaité la bienvenue à tous. Tour à tour à la tribune, les différents intervenants ont remercié tout le monde pour sa présence. Pour le président du Conseil régional des Cascades, El Hadji N'Golo Drissa Ouattara qui était présent sur les lieux, de telles occasions sont à appuyer pour le développement de sa région. C'est pourquoi, il a félicité et encouragé le nouveau Massakê dans ses fonctions. Pour lui, c'est Banfora qui gagne. Il a exhorté les uns et les autres à travailler ensemble pour plus de paix et de cohésion sociale pour un Banfora prospère et émergent.

Le parrain de la cérémonie, Sa Majesté Tolé Sagnon, chef de canton de Karaborola, a pour sa part réitéré ses remerciements au chef de Massasso et invité tous à travailler main dans la main pour que Banfora soit une ville de paix et de bonheur. Pour le parrain de la cérémonie, la vision de notre monde qu'a le détenteur du trône de Massasso, est une vérité aujourd'hui. C'est pourquoi, il s'est dit prêt à l'accompagner en cas de besoin. Le chef de Tingréla qui a assisté Sa Majesté Tolé Sagnon, a invité les uns et les autres à accepter la diversité culturelle. "La tradition n'est pas forcément du fétichisme, encore moins la sorcellerie négative", a conseillé le chef de Tingréla. Sur ce, il a félicité le Massakê pour sa fidélité à l'appel de ses ancêtres.

De l'avis du chef nouvellement intronisé, Ardiouma Tou, "Nous sommes tous des hommes de Dieu. À Banfora, il y a eu trop de choses négatives et c'est ensemble que nous transformerons cela en positif. Autant que nous sommes, seule la vérité de Dieu est absolue. C'est pourquoi, nous devons tous tendre vers cette vérité. Il faut que, ceux qui ont opté de vivre au plan religieux, aient la crainte de Dieu. Qu'ils suivent et défendent cette vérité. Au plan traditionnel aussi, il faut qu'on évite d'inventer des choses qui ne nous ont pas été léguées par nos ancêtres. Pour vous dire que, le religieux, c'est moi, le traditionnel, c'est moi aussi.

Besseri Frédéric OUATTARA

54
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Maladie à Coronavirus, vaincre ou périr

Les Burkinabé (malheureusement c'est le cas dans plusieurs pays africains), attendent des pouvoirs publics qu'ils trouvent non seulement les remèdes à la...

03/04/2020

Gouvernement et syndicats, on vous avait prévenus

La grande majorité des observateurs avisés avaient soutenu que si l'application de l'IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et ...

02/04/2020

Quarantaines, confinements, fermetures...jusqu’à quand?

Disons-nous la vérité. La question qui se pose n'est certainement pas celle de la quarantaine systématique, du confinement (volontaire ou forcé) ou encor...

31/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:42:56