Journée internationale de la radio: Les Bobolais croient à de beaux jours pour ce medium

14/02/2020
00:00

Le monde célèbre chaque 13 février la Journée internationale de la radio. Cette date a été entérinée par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) le 03 novembre 2011 lors de la 36e conférence, à la suite de la proposition initialement faite par l’Espagne.

 

Pour la journée du 13 novembre 2020, l’Unesco a choisi comme thème, «nous sommes la diversité». Pour les citoyens bobolais à l’instar de Solo Barro, tous sont unanimes que l’idée d’attribuer une journée à la radio est bien réfléchie. «Les bienfaits de la radio ne sont cachés à personne. Le traitement de l’information en est le principal avantage. Grâce à la radio, nous sommes au parfum des nouvelles. Chaque métier a sa journée internationale. Pour nous, l’idée de donner une journée à la radio est une bonne chose», a-t-il confié. Cependant, même ceux qui n’étaient pas informés de ladite journée s’en réjouissent. C’est le cas de Bakary Ouattara pour qui «il n’y a pas de mauvaise chose. Chaque chose qu’on fait dans le sens du progrès est bien. C’est ma première fois d’entendre qu’il y a une Journée internationale de la radio. Mais, je peux vous dire que cela va m’amené à m’intéresser plus à la radio». La radio est le premier medium à faire son apparition dans le monde de la presse. Cependant de nos jours, elle est concurrencée par plusieurs autres medias tels que la télévision et la presse en ligne, sans oublier les réseaux sociaux. Malgré tout ça, les Bobolais pensent que la radio a de beaux jours devant elle.«A la radio lors de certaines émissions, il y a des auditeurs qui exposent leurs problèmes et trouvent des solutions grâce aux différentes interventions. Il peut même arriver que tu te sentes concerner par un sujet et c’est le lieu aussi pour toi de faire siens ces conseils suggérés pour la résolution de ton problème. Pour moi, il n’y a aucun méfait lié à la radio. Elle existera pendant des siècles car autant la radio a sa place dans nos sociétés, autant les télévisions et réseaux sociaux ont également leurs places. Ils sont complémentaires et ne se dérangent pas. S’il y a d’autres media encore, ils seront les bienvenus car tous contribuent au développement du pays», a martelé Djénéba Ouattara. Aussi,les Bobolais pensent que la radio est un medium sûr, avec lequel on peut s’informer. Pour Zakaria Sanou,«il n’y a aucun problème lié à l’information de la radio. Elle nous informe au quotidien et nous divertit dans nos lieux de vente. La radio est sans défaut. Avant, pour avoir quelqu’un pour s’informer, c’était vraiment difficile. Mais, grâce à la radio qui fut le premier medium, cela n’est qu’un mauvais souvenir. S’informer est maintenant très aisé».

Mariam SERE

Oula Daniel COULIBALY/stagiaires

25
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Maladie à Coronavirus, vaincre ou périr

Les Burkinabé (malheureusement c'est le cas dans plusieurs pays africains), attendent des pouvoirs publics qu'ils trouvent non seulement les remèdes à la...

03/04/2020

Gouvernement et syndicats, on vous avait prévenus

La grande majorité des observateurs avisés avaient soutenu que si l'application de l'IUTS sur les indemnités et primes des travailleurs du public et ...

02/04/2020

Quarantaines, confinements, fermetures...jusqu’à quand?

Disons-nous la vérité. La question qui se pose n'est certainement pas celle de la quarantaine systématique, du confinement (volontaire ou forcé) ou encor...

31/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:59:38