Présidentielle de 2020, que de perspectives intéressantes!

17/02/2020
00:00

Indiscutablement, si rien ne vient entacher le processus électoral (présidentielle et législatives du 22 novembre prochain, on peut dire que le Burkina Faso va organiser l'une des élections les plus ouvertes, les plus transparentes et les plus équitables. D'ores et déjà, la qualité des candidats en lice, présage comme l'a dit Simon Compaoré, d'un «combat politique dur» que chacun devrait livrer. Roch Marc Christian Kaboré, le président sortant (il a déjà affiché son intention de se succéder à lui-même) aura en face de nombreux autres candidats poids lourds. A commencer par le dernier déclaré qu'est l'ancien président et Premier ministre de la Transition, Yacouba Isaac Zida dont le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) va porter la candidature. Le Professeur Augustin Loada a fait la déclaration samedi à Ouagadougou. En attendant que l'intéressé lui-même qui est en exile au Canada en dise mot et ensuite puisse rentrer. Radié des effectifs de l'armée pour «désertion en temps de paix et insubordination», il est aussi accusé dans les événements du 31 octobre au 2 novembre 2014 après le départ du président Blaise Compaoré. Il pourrait être dans le viseur de la justice militaire. Avant lui, c'est Tahirou Barry qui, sur les collines du Bafujii depuis Gaoua dans le Sud-Ouest, a déclaré sa candidature avec un programme plus ambitieux que réaliste. Kadré Désiré Ouédraogo d'Agir ensemble dont le parti vient de rejoindre le Chef de file de l'opposition politique avait déjà fait cas de son ambition, il y a plus d'une année d'aller à la conquête du fauteuil présidentiel. Et c'est ce que ses soutiens et lui-même sont en train de faire.

Il n'est un secret pour personne que Zéphirin Diabré, le Chef de file de l'opposition sera de la partie. Sinon, elle sera incomplète car son attitude ne sera pas comprise. Lui qui, pendant longtemps rêve du palais de Kosyam.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) va désigner son candidat. Qui, évidemment ne sera plus Kadré Désiré Ouédraogo puisque ce dernier a décidé d'aller sous la bannière de son parti. Ce qui, visiblement, va fragiliser le parti de Blaise Compaoré qui ainsi, n'aura pas survécu à son fondateur et président d'honneur.

A voir donc de près, en attendant que d'autres candidats rejoignent le peloton, on est rassuré qu'à la présidentielle de 2020, aucun candidat ne fait office de figurant. Ils ont tous un background dans la gestion des affaires publiques au plus haut niveau et des ambitions politiques déterminées. Il leur reste à convaincre les Burkinabè d'aller se faire enrôler massivement. Et ensuite aller voter aussi massivement que le moment viendra. Une élection présidentielle ne se gagne pas dans un salon feutré. En attendant, les acteurs du processus sont invités à mettre les bouchées doubles pour que celui-ci soit une réussite à tout point de vue. Car, de sa réussite dépendra la paix, la cohésion sociale et le vivre-ensemble au Faso.

Dabaoué Audrianne KANI

28
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Soutiens à la lutte contre le Coronavirus, il faut de la transparence

Il y a de cela quelques jours, les premiers soutiens au gouvernement pour lutter contre la maladie à Coronavirus ont commencé à tomber. Certains d'entre ...

27/03/2020

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





06:45:25