FESTIMA 15èmeédition: Le masque, facteur de paix et de cohésion sociale

06/03/2020
00:00

Dans le cadre de la 15èmeédition du Festival international des masques de Dédougou, un panel a été organisé le lundi 02 mars 2020 sur le thème : «masque, dialogue des cultures et cohésion sociale». Il a réuni des étudiants et des acteurs du monde la culture.

 

«Masque, dialogue des cultures et cohésion sociale». C'est sous ce thème que la 15èmeédition de la biennale des masques se déroule à Dédougou du 29 février au 07 mars prochain. Pour décortiquer ce thème, le comité d'organisation a fait appel à un théoricien et un praticien du domaine du masque. Il s'agit du Docteur Souleymane Ganou, enseignant chercheur à l'Université Joseph Ki Zerbo de Ouagadougou et du Sénégalais Alioune Tamba. Ce dernier est membre de la délégation du pays de la Téranga, invité d'honneur du FESTIMA 2020. Dans sa communication, Docteur Souleymane Ganou a, d'entrée de jeu, indiqué que le masque est le pont entre la modernité et le traditionalisme. C'est aussi un être qui vit et qui représente un aspect dynamique. Pour l'universitaire, le masque en plus d'être un vecteur interculturel avec un caractère hautement culturel, est vu par la communauté comme une réincarnation de la tradition. Il fascine les publics, mobilise du beau monde et sa sortie constitue de grands moments de communion, de rencontre et de solidarité, comme c'est le cas lors des festivals. Citant l'exemple du FESTIMA, Docteur Souleymane Ganou considère cette tribune non seulement comme un cadre idéal pour la valorisation du masque, mais aussi pour la promotion de la paix et de la cohésion sociale. «C'est en cela que l'autorité doit travailler à faire converger plusieurs sensibilités et faire en sorte que le masque contribue au dialogue social, surtout pendant ces périodes difficiles pour notre pays», martèle l'universitaire. Pour ce faire, celui-ci propose qu'un appui sous forme de subvention soit accordé aux sociétés de masques afin de les aider à perpétuer leurs statuts. Donner les moyens aux sociétés de masques pour favoriser le vivre ensemble, c'est également le souhait du Sénégalais Alioune Tamba. Le natif de Ouonck dans de la région de Ziguinchor, a ajouté par la suite que dans la société sénégalaise, le masque a une fonction fondamentale. Il participe au maintien de l'ordre dans tous les domaines et incarne les dieux. «C'est un véritable appareil idéologique qui assure l'ordre de la société traditionnelle africaine», fait-il remarquer. A l'écouter, dans la société sénégalaise, le masque joue aussi un rôle protecteur, d'éducation et de communication, car il est généralement utilisé dans la guérison des maladies supposées incurables, dans la prévention des catastrophes et le règlement des crises politiques. Mais, dans un pays où 90 % de la population est musulmane, comment les sociétés de masques sont-elles perçues ? interroge un participant. A cette préoccupation, l'orateur a précisé que le masque sort soit pendant un festival, soit pour les besoins de la cause. "Sur le plan religieux, il n'y a donc pas de conflit avec le masque”, assure le Sénégalais Alioune Tamba.

Ousmane TRAORE

23
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Covid-19: ces cobayes dont on parle peu

A l'apparition de la maladie à Coronavirus en décembre 2019 en République populaire de Chine, c'est à peine si certains ne s'en réjouissaient pas. Mais, ...

24/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





17:23:57