Président du Faso-femmes du Burkina: Roch, en bon père, a rassuré la famille

10/03/2020
00:00

Les femmes du Burkina Faso, réunies autour du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, le «chef de famille», ont célébré la 163èmejournée internationale des droits de la femme, autrement. En effet c'est dans la réflexion sur les préoccupations qu'elles ont décidé de mettre l’accent ce dimanche 08 mars 2020 avec le président du Faso. Le face-à-face entre les femmes du Burkina Faso et le président du Faso a eu lieu à la Maison du sport à Ouagadougou.

 

C’est dans la réflexion sur leurs préoccupations que les femmes du Burkina Faso ont décidé de célébrer la journée internationale de la femme. Elles ont convenu de porter cette année la réflexion sur le thème «crise sécuritaire au Burkina Faso: quelles stratégies pour une meilleure résilience de la femme». Le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire Hélène Marie Laurence Ilboudo/Marshall a relevé qu'en prélude au forum, son département a organisé du 06 au 21 février 2020, de manière inclusive et participative des fora dans toutes les régions du Burkina Faso lesquels ont réuni environ 26300 personnes. Et ces fora ont permis de faire le bilan de la mise en œuvre des engagements pris lors du 5ème forum national des femmes tenu en 2018. Il a été aussi un cadre pour sensibiliser les populations sur l’impact différencié de l’insécurité sur les femmes et les hommes mais d’identifier des stratégies à même de renforcer les capacités de résilience des femmes face à la crise sécuritaire.

Intervenant dans ce sens au cours des échanges, le chef de file des partenaires techniques et financiers du Burkina Faso sur le genre, Elsa Huntziger a indiqué que l’année 2020 est une année charnière dans l’égalité entre l'homme et la femme. Elle a aussi salué la volonté des plus hautes autorités dans leurs efforts de l’égalité du genre et a relevé des insuffisances de la loi sur le quota genre. Ainsi, les représentantes des régions du Burkina Faso ont eu l’opportunité d'adresser les préoccupations spécifiques de la femme de leurs zones respectives.

Le gouvernement répond aux préoccupations des femmes

Les réponses données à ces préoccupations ont concerné plusieurs secteurs. Le ministre de la justice Réné Bagoro, a fait le point de la relecture du code de la famille. Il soulignera que le processus est terminé et il ne reste que des étapes à franchir avant de le soumettre à l’Assemblée nationale pour adoption. Beaucoup interpellé par les femmes, le ministre de la Santé Léonie Claudine Lougué née Sorgho, a fait ressortir pour sa part les promesses réalisées dans le cadre de la santé notamment de la gratuité des soins qui concernent les consultations, les hospitalisations, les évacuations, les soins et le traitement. Ce qui est au dessus de ce que l'OMS recommande. Concernant les ressources humaines, elle relève qu'au niveau des CHR, il y’a doublement du personnel spécialisé. «Nous nous attelons à ce que les CMA aient aussi ce personnel spécialisé». En ce qui concerne l’équipement elle dira que le véritable problème c'est la maintenance. Du côté des infrastructures, elle confirme que 200 CSPS ont été construits et deux centres de cancérologie sont en vue. Le ministre de l'Agriculture et de l’Aménagement hydro-agricole note que des bas-fonds ont été aménagés pour que le Burkina Faso puisse produire au-moins 1 million de tonnes de riz et les femmes en seront bénéficiaires. Il affirme que le Fonds de développement agricole est en train de se mettre en place. Quant au ministre délégué à l’Economie et au Développement, elle mentionnera que le gouvernement dans sa volonté de doter chaque commune de marché de la femme a pu réaliser 210 marchés. Le ministre de la Sécurité pour sa part a rassuré les femmes que les forces de défense et de sécurité travaillent pour le retour de la sécurisation du pays. Au niveau de l’éducation nationale, le ministre Stanislas Ouaro, informera les femmes que toutes les écoles primaires publiques comme privées sont dotées de cantines scolaires. Ce sont plus de 18 milliards de FCFA qui sont transférés aux communes pour la gestion de ces cantines scolaires. Le gouvernement fait face au défi des élèves déplacés. Des cantines scolaires sont prévues pour eux et leurs familles, a rassuré le ministre. Le ministre des Infrastructures a indiqué que le président du Faso a donné des orientations pour que les coordinations de femmes soient plus impliquées dans le recrutement dans le cadre du projet Haute intensité de main d'œuvre (HIMO). Le ministre Laurence Marie Ilboudo née Marshall a évoqué la situation des 13 unités économiques en construction. «Une fois les abris achevés nous pourrons les inaugurer», martèlera-t-elle. Le président du Faso SEM Roch Marc Christian Kaboré a rassuré les femmes du Burkina Faso que l'ensemble de leurs recommandations seront examinées et mis en pratique. Il les a aussi informées que dans le cadre de la coopération ivoiro-burkinabè le fonds de promotion de la femme est opérationnel et n’attend que les demandes de financement.

Firmin OUATTARA

20
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Covid-19: ces cobayes dont on parle peu

A l'apparition de la maladie à Coronavirus en décembre 2019 en République populaire de Chine, c'est à peine si certains ne s'en réjouissaient pas. Mais, ...

24/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:04:39