Mesures contre le Covid-19: Le maire Herman Sirima sensibilise dans les marchés

25/03/2020
00:00

Depuis l’entrée de la maladie à COVID-19, le Burkina ne dort plus en paix. Tellement, le mal a pris une ampleur inattendue. Poussant les autorités du pays à prendre un certain nombre de mesure pour contrer la maladie. C’est pour sensibiliser ses administrés au respect de ces mesures, que le maire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso, Herman Sirima, était à leur rencontre, mardi 24 mars 2020.

 

Le maire l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso, Herman Sirima et ses équipes, munis de kits de lavage de mains, de cache-nez, de gel hydro-alcoolisé, de comprimés, de gants, ont pris d’assaut 4 marchés de leur arrondissement. Il s’agit des marchés de Belleville au secteur 20, de Colsama appelé marché Woulibali, le marché du secteur 21 et celui du secteur 22, Aux occupants et usagers des lieux, le maire et ses équipes ont fait des démonstration, expliqué le contexte de la maladie à COVID-19, et les mesures d’hygiène à observer pour éviter sa propagation dans l’arrondissement, dans la commune de Bobo-Dioulasso et au Burkina Faso.

Pour Ali Ouérémé, Imam à la mosquée de Colsama au marché Woulibali, c’est une bonne initiative. «Il (le maire: ndlr) nous a fait des cadeaux de protection sanitaire (cache-nez, gel hydro-alcoolisé, comprimés pour désinfecter l’eau) Puis il nous adonné des conseils, de ne pas être serrés les uns contre les autres, mais d’observer une distance d’un mètre en nous, de nous laver souvent les mains à l’eau et au savon ou avez du gel hydro-alcoolisé. Parce si cette maladie t’atteint, il est difficile de la soigner. S’il plait à Dieu, nous allons suivre ses conseils», soutient l’imam.

Le maire Herman Sirima à l’issue de sa tournée

«Malgré les efforts du gouvernement, malgré les efforts de la presse, nous avons senti que nos populations sont sous-informées.Nous sommes d’autant plus inquiets, parce que ce matin, nous nous sommes rendus compte que les habitudes des Burkinabè n’ont pas changé. Les gens refusent catégoriquement de changer de façon de vivre, alors que c’est une situation d’extrême gravité. Et nous avons peur que si nous ne prenons pas les mesures, nous n’allons pas vers la population, si cette épidémie s’installe chez nous, nous sommes foutus. Raison pour laquelle, nous essayons d’accompagner le gouvernement dans sa mission, de façon locale. Etant les conseillers, des autorités locales, nous sommes plus proches des populations. Le Conseil de l’arrondissement 7 a décidé de prendre des initiatives pour sensibiliser la population. Nous constatons que les gens ne sont pas conscients de la gravité de la situation, de la maladie. Nous disons aux femmes qu’il faut changer de façon de faire. Elles ne peuvent plus continuer de faire le marché tous les jours. C’est bon de faire des provisions. Nous interpellons la population à respecter les consignes du gouvernement. Chacun doit être conscient que cette maladie ne doit pas s’installer chez nous. Vous voyez qu’en Europe où ils ont tout ce qu’il faut, mais les gens sont entrain de mourir comme des mouches».

Aly KONATE


4
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Le problème, c’est nous et non les Forces de défense et de sécurité

A peine Remis Fulgance Djandjinou a-t-il dit qu'il apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui sont accusées de tortures contre ceux qui...

26/03/2020

C’est notre comportement qui a commandé le confinement

«Il va sans dire que toutes les mesures prises feront l'objet d'une évaluation périodique, pour les ajuster constamment à l'évolution de la pandémie». Ai...

25/03/2020

Covid-19: ces cobayes dont on parle peu

A l'apparition de la maladie à Coronavirus en décembre 2019 en République populaire de Chine, c'est à peine si certains ne s'en réjouissaient pas. Mais, ...

24/03/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:24:55