Denrées alimentaires : Une campagne pour lutter contre les pratiques frauduleuses

24/04/2020
00:00

Apporter son soutien dans la lutte du Covid-19 au Burkina Faso, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré a procédé ce mercredi 23 avril 2020 à l’intensification du contrôle des produits alimentaires spécial Ramadan.
En cette période de pénitence, Harouna Kaboré, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, a donc décidé de faire passer aux fidèles musulmans, un mois de Ramadan en toute quiétude. A cet effet, son département a lancé officiellement un contrôle spécial Ramadan sur toute l’étendue du territoire national. Cependant, il a souligné que «le Ramadan 2020 s’annonce plus éprouvant aux fidèles musulmans eu égard déjà aux effets conjugués des crises sécuritaire et sanitaire. Malgré ce contexte spécifique particulier, des commerçants véreux et de mauvaise foi pourraient profiter de cette période difficile pour renchérir les produits de grandes consommations ou écouler des produits de mauvaises qualités. 



Ce contrôle ne concerne uniquement pas la commune de Ouagadougou, mais plutôt toute l’étendue du territoire national avec l’ensemble des opérateurs économiques. Il s’agit de veiller au respect de la règlementation en matière de prix et de qualité et d’autre part de lutter contre les pratiques frauduleuses. A cet effet, tout contrevenant appréhender sera sanctionné conformément à la règlementation en vigueur». En ce sens, les contrôleurs ont alors procéder au contrôle de quelques magasins de Bagué Innoussa, Directeur général de la société SICOM Burkina. Ce contrôle a permis d’avoir plus de détail avec Seydou Ouédraogo, comptable de la SICOM qui a expliqué que «La société SICOM Burkina commercialise de façon générale des produits de grandes consommations. Il y a une année de cela, les prix n’ont pas évolué. De toute façon, les prix sont cadrés au niveau du ministère du Commerce. Les taux de marges sont toujours bien encadrés et estimés à 11 %. C’est dans cette marge que nous partageons avec les différents distributeurs. Le prix de la tonne du riz fait 309 000 francs CFA. La mise au contrôle de ce matin va permettre d’assainir le marché et de préserver la santé de la population».

Chrystelle MANKOUDOUGOU (Stagiaire)



41
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Lutte contre le terrorisme, on a touché là où il fait mal ?

Les attaques terroristes sont devenues récurrentes sur le sol burkinabè. En seulement 24 heures, le pays a enregistré deux attaques. La première a cibl...

02/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:18:24