Education dans les Hauts-Bassins : 22 recommandations traduites en des activités et actions réalisables

07/05/2020
00:00

La salle de réunion du Conseil régional des Hauts-Bassins a abrité ce mardi 5 mai 2020 la cérémonie de clôture des travaux du Comité de Suivi de la mise en œuvre des recommandations issues des assises régionales sur l’éducation dans la région des Hauts-Bassins. Cette cérémonie a servi de cadre pour présenter les recommandations issues des travaux.

 

Les résultats des assises régionales sur l’éducation dans les Hauts-Bassins sont prêts. Le comité technique qui a été mis en place a présenté ses recommandations au président du Conseil régional des Hauts-Bassins, Célestin Koussoubé. Selon Sibiri Coulibaly, Inspecteur de l’enseignement du premier degré, Coordonnateur du comité technique de réflexion et de rédaction du plan d’action, «nous avons formulé 22 recommandations traduites en des activités et actions réalisables avec des acteurs précis. Tout le monde est interpellé pour la question de l’éducation». «L’enseignant, le parent d’élève, les élus locaux, le directeur régional, l’inspecteur, (…), tous doivent s’impliquer dans la gestion de la question», selon Sibiri Coulibaly.

Pour mémoire, c’est en début octobre 2019 que le Conseil régional des Hauts-Bassins a organisé ses assises régionales de l’éducation afin de faire un diagnostic de la situation dans la région. Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation a instruit le Conseil régional à opérationnaliser les recommandations de ces assises en des activités réalisables avec des acteurs précis. Les recommandations des travaux ont été présentées sous forme d’objectifs opérationnels dans les domaines de l’éducation primaire, post-primaire et le secondaire. Grâce à l’équipe du comité technique forte de 15 membres. 


Célestin Koussoubé sur les travaux

«Le comité technique a fait un travail formidable»

«Il y a des problèmes au niveau de l’éducation (au niveau des effectifs, des infrastructures).Il y a des zones où il n’y a pas d’écoles publiques, il faut qu’on aide certaines écoles Franco-arabes à avoir des structures correctes. Il faut du matériel technique de haut niveau pour permettre aux étudiants d’être en contact avec le monde entier. Ils ont fait des recommandations et des conseils pour améliorer l’éducation dans les Hauts-Bassins. Je vais les transmettre aux deux ministres en question. Il y a les acteurs de l’éducation au niveau de la région, les acteurs privés, …Nous allons prendre en compte ce que le Comité technique nous a dit et essayer de mettre en œuvre ce qu’il nous a fait comme recommandations.Si c’est fait, il n’y a pas de raison que cela ne s’améliore pas».

Fatimata BELEM



27
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Lutte contre le terrorisme, on a touché là où il fait mal ?

Les attaques terroristes sont devenues récurrentes sur le sol burkinabè. En seulement 24 heures, le pays a enregistré deux attaques. La première a cibl...

02/06/2020

Prix du kilo de coton, ça ne pèse pas lourd

Les producteurs de coton du Burkina cèderont leur production à 240 F CFA le kilogramme. Contre 265 F CFA/kg la campagne 2019-2020 et 250 en 2018-2019.

01/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





08:07:06