Annulation du championnat national D1 de football 2019-2020 : Les acteurs sont divisés sur la décision

07/05/2020
00:00

La décision est tombée ce lundi 04 mai 2020, les championnats nationaux de première division et de troisième division sont annulés. Cette décision a surpris plus d'un. La Ligue du Centre penchait pour l’arrêt du championnat avec le titre attribué à SALITAS FC, ce qui reléguerait le RCK et l'AS Police. Par contre la Ligue des Hauts-Bassins était favorable à l’annulation pure et simple du championnat. Des avis d’acteurs du football national.


Adama Ouédraogo, président du comité exécutif du Sporting Club MAJESTIC

«On pouvait arrêter le championnat et classer les deux premiers»

«C’est avec beaucoup d’étonnement que nous avons appris que le championnat national D1 est annulé. Nous sommes dans une situation de force majeure, mais je me disais que ce n’était pas la seule décision qui s'offrait au comité d’urgence de la FBF. Lequel comité n'a pas été porté à la connaissance de tous les acteurs du football, les clubs, les supporters, les ligues et autres, l’identité effective des personnes qui allaient siéger. C'est à la veille de la réunion que chacun a pu, par la presse, savoir la composition de ce comité. Alors que l'article 39 des statuts de la FBF dit que le comité a un mandat de 4 ans. Pourquoi attendre cette situation pour mettre en place un comité taillé sur mesure? Sur la décision de fond qui est l’annulation, l’on pouvait arrêter le championnat et classer les deux premiers, déterminer ceux qui représenteront le Burkina Faso en ligue des champions et en coupe CAF. Mais, annuler carrément le championnat, c'est la décision à laquelle nous nous attendions le moins. Comme c’est une décision collective dans la forme, nous nous alignons et prenons acte. Nous souhaitons que les deux clubs qui représenteront le Burkina Faso en campagne africaine fassent un bon chemin.

La question des salaires des joueurs me met à l’aise. Depuis la fin du mois de mars, la presse dit que c’est une obligation de payer les salaires des joueurs. C’est vrai, c’est une obligation contractuelle, mais nous sommes face à un cas de force majeure, le COVID-19. En l’espèce, ça se négocie. L’un des effets de cette décision, on doit payer les joueurs jusqu’à la fin du mois de mai. Je ne comprends pas, puisque j’ai signé un contrat avec quelqu'un et un cas de force majeure m'empêche d'atteindre cet objectif là, toute chose qui ne m'est pas imputable. On dit qu’on doit payer les joueurs et qu'il y a de l’argent qui arrive pour nous soutenir. Cette décision n'influence pas les contrats que nous avons signés avec les joueurs».


 

Rasmané Dermé, Vice-président du comité exécutif de l'ASEC Koudougou

«C’est une bonne option d’annuler le championnat»

«A l’ASEC de Koudougou, nous ne pouvons que prendre acte. En tant que sportifs, ce n’est pas de gaîté de cœur que nous acceptons cette décision. C’est un cas de force majeure, donc nous prenons acte. Nous, nous disons que c’est une décision qui a été murie. Du moment qu’il y a eu le comité d’urgence qui a siégé, avant les clubs et les ligues se sont concertés, et c’est ensemble qu’ils ont pris la bonne option qui est d’annuler le championnat. Aujourd’hui, avec la quarantaine et les mesures prises par le gouvernement dans la lutte contre le COVID-19, ce n’est pas sûr que les joueurs s’entrainent. D’autres disent qu’il ne restait que 6 matches et qu’en un mois, on pouvait finir. Ils oublient qu'il faut que les équipes reprennent les entrainements, que les joueurs qui sont partis en vacances reviennent. Il faut au moins un mois d’entrainement pour pouvoir entamer de nouveau le championnat. C’est une bonne option d’annuler le championnat. Ça ne peut pas plaire à tout le monde. Du côté du salaire des joueurs, à l’ASEC Koudougou, nous n’avons aucun souci. Nous sommes en règle. Si on prenait l’option d’arrêter le championnat et faire le classement à la 24ème journée, ça allait être biaisé, puisqu’il y aurait deux clubs qui descendraient à savoir, le RCK et l’AS Police. Alors qu’il restait 6 matches et rien ne prouve qu’à l’issue de ces matches, ils n’allaient pas prendre 18 points».


 

Ben Assane Kaboré, joueur de SALITAS FC

«Si les dirigeants pouvaient respecter les contrats signés avec les joueurs…»

«En tant joueur de SALITAS, je suis un peu touché par cette décision d’annulation du championnat, du moment où nous avions l’avantage. Mais, comme c’est un cas de force majeure notamment le COVID19, on ne peut qu’accepter. Personnellement, je ne voulais pas qu’on annule le championnat, on pouvait, vu les efforts fournis, respecter le classement issu de la 24ème journée et faire monter les deux équipes de la deuxième division. Sinon actuellement, nous sommes pénalisés, car nous étions leaders du championnat. A l’heure actuelle, ce n’est pas facile avec les clubs. Certains acceptent donner la moitié du salaire aux joueurs, d’autres n’acceptent même pas donner les salaires. Si les dirigeants pouvaient respecter le contrat signé avec les joueurs, nous serions vraiment très heureux».

Propos recueillis

Par Firmin OUATTARA



19
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Lutte contre le terrorisme, il faut éviter de jouer le jeu des terroristes

Quand les Forces de défense et de sécurité neutralisent des terroristes et en sont fières, les Burkinabé le sont également. C'est à l'unanimité qu'ils ...

22/05/2020

Christophe Dabiré a dit vrai devant les députés

«L'année 2019 a été incontestablement difficile pour tous les Burkinabè et cette réalité, personne dans cet hémicycle ne la découvre. Avec courage, not...

20/05/2020

Contrôle du port du masque, quand les populations en rient…

Contrôle policier du port du masque, en rire ou en pleurer? En tout cas, ça faisait sourire certains usagers de la route hier lundi 18 mai 2020. Des po...

19/05/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





18:44:03