Alors quel médicament contre la maladie à Coronavirus ?

11/05/2020
00:00

A Madagascar, avec en tête le président lui-même, on a trouvé le Covid-Organics, un «médicament» contre la maladie à Coronavirus. Le président a fait distribuer son médicament un peu partout sur son territoire avant de le «donner» gracieusement à tous les pays africains qui le veulent. Pour essai et certainement application si les résultats sont bons. Du coup, l’Organisation mondiale de la santé, et les organisations régionales de lutte contre les maladies comme l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) sont montées au créneau pour dire que le médicament n’est homologué par aucune norme scientifique. Autrement, celui qui l’applique, le fait à ses risques et périls. En clair, les organisations de lutte contre la maladie ne recommandent pas l’application du Covid-Organics. Du coup, tous ceux qui croyaient qu’on avait enfin trouvé un médicament contre cette maladie qui fait courir autant le monde, doivent ranger rapidement leurs espoirs. Et attendre que les «grands» décideurs du monde décident. Eux qui, lourdement frappés par cette maladie cherchent d’abord à se sauver et à sauver leurs populations. Eux qui aussi, lourdement frappés par cette maladie, cherchent un bouc-émissaire et s’accusent et se querellent en attendant.

Au Bénin à côté, un chercheur avait lui aussi trouvé l’Apivirine, que certains avaient estimé efficace contre la maladie après des essais cliniques. Il n’en fallait pas puisque des «grands» sont passés à l’arrière pour tout de suite les dissuader. Du coup, l’Apivirine qui donnait des espoirs a vite été vomie et rayée très rapidement de la liste des médicaments, préventifs ou curatifs, contre la maladie et rangée dans les oubliettes.

Au Sénégal et au Burkina Faso par exemple, il a fallu des médecins soignants teigneux pour poursuivre le traitement à base de chloroquine associée à l’azithromycine. Car, ce protocole n’a pas été accepté par les mêmes organisations mondiales ou régionales de lutte contre la maladie. Sous le prétexte qu’il comporte des risques énormes pour la santé des populations. A court et à long terme. Pire, certains spécialistes estiment que ce traitement pourrait compromettre le traitement contre le paludisme, la tuberculose et le Sida. Du coup, la peur s’est emparée de certains milieux scientifiques de lutte contre la maladie à Coronavirus.

A l’analyse, c’est à croire si effectivement on veut trouver un médicament préventif ou curatif contre la maladie. Si ce n’est pas le cas, qu’est-ce qui empêche de tester scientifiquement, et très rapidement, tout ce qui existe sur le terrain comme médicaments. Qu’ils viennent de laboratoires ou qu’ils soient traditionnels. Finalement, on a l’impression que le choix (hasardeux?) est donné à chaque pays de prendre ses responsabilités, à ses risques et périls. N’est-ce pas dans cette logique que se trouve actuellement le Sénégal qui veut essayer le Covid-Organics venu de Madagascar? En attendant, les seuls moyens reconnus de lutte contre la maladie sont le lavage des mains, le port du masque, la distanciation sociale et les mesures restrictives dont le confinement. Dommage!

Dabaoué Audrianne KANI



22
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Présidentielle et législatives, l’opposition coince le pouvoir

La présidentielle et les législatives se tiendront à bonne date. Avait déclaré Simon Compaoré, le président du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP...

04/06/2020

S’ils ont pleuré, c’est parce qu’ils n’en peuvent plus

A Pama, les populations, majoritairement des femmes, ont marché et pleuré lundi 1erjuin 2020 pour demander le départ des Forces de défense et de sécurit...

03/06/2020

Lutte contre le terrorisme, on a touché là où il fait mal ?

Les attaques terroristes sont devenues récurrentes sur le sol burkinabè. En seulement 24 heures, le pays a enregistré deux attaques. La première a cibl...

02/06/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





10:22:28