Lutte contre le terrorisme, il faut éviter de jouer le jeu des terroristes

22/05/2020
00:00

Quand les Forces de défense et de sécurité neutralisent des terroristes et en sont fières, les Burkinabé le sont également. C’est à l’unanimité qu’ils applaudissent. C’est du bon travail. Et personne ne trouve à redire. Mais, quand les mêmes Forces de défense et de sécurité commettent des bavures ou deserreurs d’appréciation (ce qui peut arriver surtout dans le cadre d’une lutte comme celle du terrorisme), il faut le reconnaître, et traiter ces cas comme tels. Les Burkinabé sont unanimes que leurs Forces de défense et de sécurité se battent avec peu de moyens pour les sécuriser et sauver ainsi la nation.Il ne peut venir à l’idée d’un Burkinabé patriote, engagé et fier d’être Burkinabé de penser le contraire et de démoraliser ces hommes qui, au péril de leur vie, sont sur le front.

Si ce qui est arrivé à Banwalbougou est véritablement une erreur, une bavure ou un acte volontaire que le gouvernement le reconnaisse et prenne les mesures qui s’imposent. C’est aussi simple que cela. Car le plus compliqué et le plus grave, c’est de croire qu’il n’en est rien. A Yirgou, à Tanwalbougou, à Barsalogho, et dans bien d’autres localités, il y a eu des cas de ce genre qui ne sont toujours pas élucidés. Les familles des victimes n’ont pas oublié et attendent qu’on leur dise ce qui est arrivé à leurs parents. Peut-on croire que dans une telle disposition on peut encore compter sur ces gens pour lutter contre le terrorisme?

Le risque, si ces cas restent en l’état, c’est d’amener ces gens (consciemment ou pas) à rejoindre le camp des terroristes où ils combattront contre nos FDS parce qu’ils ne leur font plus confiance. Et c’est bien cela qu’il faut craindre.

Le leitmotiv a toujours été d’appeler les populations à collaborer avec les FDS et même à s’engager auprès d’elles pour une lutte plus efficace contre les terroristes. Il faut donc travailler à maintenir cette collaboration FDS/population. Il est presque évident qu’à Tanwalbougou, la collaboration entre population et Forces de défense et de sécurité est entamée, comme c’est le cas dans les autres localités où on estime que des populations civiles ont été tuées par les FDS alors qu’elles n’ont rien à voir avec des groupes terroristes. Le comble, est qu’on a l’impression que ces actions sont dirigées contre la communauté peule. Ce qui peut bien constituer un grave danger.

C’est pourquoi, tout en préservant l’unité et la mobilisation des Forces de défense et de sécurité et leur engagement sur le terrain, le gouvernement devait pouvoir rassurer les populations par des actes forts. Le communiqué du 20 mai annonçant l’ouverture de deux enquêtes, judiciaire et administrative, pour situer les responsabilités ne suffit pas à rassurer les populations. Car, ce n’est pas la première fois que des enquêtes ont été ouvertes et restées sans suite. Le cas de Yirgou, qui jusque-là traine, en est une preuve.

Dabaoué Audrianne KANI

 

 



32
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Front social, les simples menaces d’Abdoulaye Mossé !

Le danger pour un pouvoir en place, c'est de descendre dans la rue avec les opposants politiques ou les organisations syndicales. Pour manifester ou co...

07/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:19:03