Et si on respectait toutes les règles du jeu pour éviter le désordre social ?

27/05/2020
00:00

Si un mal peut avoir un côté positif, la maladie à Coronavirus devait servir de pédagogue en matière de civisme. Obéir pour raison de santé publique comme nous devrions toujours obéir pour la bonne santé du corps social. Tenir compte des autres autour de soi, par intelligence sociale, faire moins de nuisances sonores quand on vous le fait remarquer poliment, polluer moins par soucis des autres ! Mieux, avoir une culture de respect des règles du jeu social. C'est bien de respecter les règles du vivre ensemble en prenant soin de bien les séparer du jeu politique (conquête et gestion du pouvoir) parce que ce dernier pourrait les corrompre. Ce sain respect des normes établies pour nous aider à vivre ensemble dans la paix, la cohésion et pourquoi pas le bonheur nous simplifiera la vie à chacun et au bénéfice de tous.
Si c'est possible ? Bien sûr que oui ! N'est-ce pas a cela que se mesure de nos jours le degré de modernité des sociétés dites évoluées au plan sociopolitique ? La courtoisie politique se fraie difficilement mais sûrement (espérons-le du moins) un chemin dans l'Afrique actuelle ! Pourquoi Machiavel continuerait-il de régner sous sa pire forme (l'avons-nous d'ailleurs bien lu et compris ?) dans certains Etats du continent et dans des systèmes pseudo-démocratiques alors que dans les sociétés européennes qui ont engendré Le Prince de Machiavel, cette perception en gouvernance politique parait aujourd'hui désuète, totalement dépassée ? On le range mieux dans les rayons « guerre » que politique dans les bibliothèques ! Il serait pertinent et urgent de suivre dans le concret l'évolution normale des choses en phase avec notre époque, en respectant spontanément chacun pour sa part, les textes réglementaires dont nous nous sommes dotés. Les textes fondamentaux et les ''édits" énoncés par qui de droit dans des circonstances ponctuelles ou inattendues comme la maladie à Coronavirus.
Par rapport à telle circonstance ou situation donnée, que nous imposent la Constitution, les textes de lois et les règlements en vigueur ? Et qu'est-ce qui a été décidé par l'autorité compétente pour le bien de tous sur tel sujet actuel ? À défaut de lois clairement établies sur un sujet difficile ou nouveau, quelle jurisprudence ? Tout cela pour éviter le désordre social. Les textes et décisions peuvent être revus et corrigés, mais tant qu'ils restent en vigueur, leur respect par tous est à l'évidence, la condition sine qua non du vivre ensemble. Si notre Constitution nous impose la séparation des pouvoirs, cela doit être respecté par tout citoyen, du paysan au plus haut sommet de l'Etat. Et dans l'esprit de cette loi, que le jeu politique qui est normalement circonstanciel et temporaire, ne vienne pas corrompre, au sens de désorganiser, le jeu des rapports sociaux sur des bases sensées être plus durables, voire pérennes. Et si l'autorité actuelle dans l'immédiat, décide des horaires d'un couvre-feu sanitaire et du port obligatoire du masque, que chacun accepte donc de jouer le jeu de l'obéissance sociale ! Il n'appartient plus alors, à une autre instance d'orienter les populations dans un autre sens ou une autre orientation ! Question de civisme tout simplement ! Ce petit mot de sept lettres dont la réalité nous éviterait bien de pertes inutiles en biens matériels, et plus grave, en vies humaines au cours de nos manifestations civiques légitimes ! Car il est aussi permit selon nos textes, de dire non à l'autorité lorsqu'on n'est pas, ou lorsqu'on n'est plus d'accord avec elle ! Mais sans perdre le sens du civisme : une marque de savoir vivre ensemble moderne et progressiste !
Sibiri SANOU



31
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Front social, les simples menaces d’Abdoulaye Mossé !

Le danger pour un pouvoir en place, c'est de descendre dans la rue avec les opposants politiques ou les organisations syndicales. Pour manifester ou co...

07/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:02:26