Légéma-lôgô: Des femmes refusent de libérer les lieux sans avoir été recensées

10/06/2020
00:00

Le marché Légéma-lôgô encore appelé sous-sol connaitra un déguerpissement le jeudi 11 juin 2020. C’est sous le flot de ce déguerpissement que les réactions de quelques vendeurs concernés ont été recueillies hier dans l’après-midi du 09 juin sur le site du marché.



Il est 13 heures lorsque nous arrivions au marché du sous-sol pour rencontrer les acteurs concernés par cette situation de déguerpissement. Une foule composée essentiellement de femmes vendeuses dans ledit marché était présente sur le lieu. La tristesse se lisait sur les visages et chacune voulait le micro pour évacuer ce qu’elle a sur le cœur. C’est ainsi que Mariam FOFANA, vendeuse au marché du sous-sol explique : « Nous vendons dans ce marché, il y a longtemps. Les autorités disent qu’elles vont nous chasser du marché. Mais nous leur demandons de nous recenser afin que nous puissions avoir des places après la réhabilitation. Vraiment c’est une sorte d’injustice que nous vivons. Nous ne sommes pas d’accord avec la politique des autorités ».
« Les autorités sont venues nous dire de quitter le lieu sans nous recenser. Je trouve que ce n’est pas clair. Ils veulent nous chasser pour installer d’autres personnes. Nous ne sommes pas d’accord avec cette injustice. Nous valons 2000 personnes sur ce marché, on se débrouille pour prendre en charge nos familles. Nous voulons qu’ils nous donnent un autre site pour qu’on puisse exercer nos activités », a ajouté DEME Issouf.
Du côté de la commune de Bobo-Dioulasso, une source proche du cabinet du maire explique qu’il s’agit d’un engagement du chef de l’Etat lors d’une visite qu’il a rendue aux femmes dudit marché. Les réalisations vont concerner aussi bien la réhabilitation de ce qui existe déjà, la construction de nouvelles infrastructures et le bitumage des voix d’accès.
C’est dans ce cadre que les Engagements nationaux du chef de l’Etat vont injecter 300 millions pour ce qui concerne la construction d’infrastructures marchandes. C’est ce volet qui est actuellement acquis et les travaux doivent débuter le 15 juin. Quant au recensement dont parlent les femmes, il n’est pas exclu si toutefois elles sont organisées. Ce qui apparemment n’est pas le cas si bien qu’il est difficile de recenser tous ceux qui sont sur le marché au risque de ne pas pouvoir reloger tout le monde à la fin des travaux et créer ainsi d’autres difficultés. D’ailleurs, les autres occupants, du marché dont les femmes vendeuses de légumes, ont rejoint le site temporaire prévu pour les accueillir sans avoir été recensés.
A noter que ce marché construit par la Banque était initialement prévu pour être le marché de poissons de Bobo-Dioulasso. Malheureusement, les bénéficiaires, pour divers prétextes, n’avaient pas accepté de l’intégrer. Il a fallu que les femmes de Léguéma-lôgô, déguerpies de leur site derrière le stade Wobi, l’intègrent pour qu’il soit important au point de faire l’objet de réalisations et de revendications. A dire que les revendications ont commencé avec les nouvelles infrastructures.
 

Ben Alassane DAO
Aymeric KANI(Stagiaires)



28
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Front social, les simples menaces d’Abdoulaye Mossé !

Le danger pour un pouvoir en place, c'est de descendre dans la rue avec les opposants politiques ou les organisations syndicales. Pour manifester ou co...

07/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





22:58:24