Chef de file de l’opposition politique : « Roch Marc Christian Kaboré devrait demander pardon au peuple burkinabè et aux ancêtres »

17/06/2020
00:00

Le traditionnel point de presse hebdomadaire a eu lieu le 16 juin 2020 à Ouagadougou sur la crise sécuritaire, le sondage du Présimètre et l’affaire Armand Pierre Beouindé. Il a été animé par Amadou Diemdioda Dicko, vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) et Adama Séré, président du Rassemblement des écologistes du Burkina Faso (RDEBF).

 

Selon l’opposition politique burkinabè, à part la poursuite de la promotion du Faso Danfani relancée par les dirigeants de la Transition, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré n’a fait que reculer le pays. Elle en veut pour preuve la fermeture de plus de 4000 écoles, plus de 2000 morts et l’occupation du tiers du territoire par les terroristes. Pour cela, le CFOP estime qu’au sondage annuel sur les engagements du président du Faso rendu public le 11 juin dernier par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), Roch Marc Kaboré mérite une note de 2 sur 10 au lieu de 4,53 sur 10. Par conséquent, elle pense que le président du Faso devrait demander pardon au peuple burkinabè et aux ancêtres pour avoir trahi son serment et renoncer à solliciter un second mandat à ce peuple qui a tant souffert de sa gestion chaotique. L’un des dossiers brûlants du moment est le soupçon tentative de corruption qui pèse sur le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Beouindé. En effet, dans sa dernière parution, le journal L’Evènement a révélé que le juge Narcisse Sawadogo et certains de ses collègues avaient demandé au maire la somme de 70 millions de FCFA pour étouffer cette affaire. «Suite à ces publications, nous avons appris que le juge en question a été arrêté et est entre les mains de la Gendarmerie après avoir été entendu par le parquet. Un de ses présumés complices, Alassane Bagagnan a été déposé à la MACO», a souligné le principal conférencier du jour, Adama Séré. Si toutefois l’opposition félicite et encourage ces juges à continuer dans cette opération «mains propres», elle demande néanmoins au maire de Ouagadougou de rendre sa démission et de se mettre à la disposition de la justice. Le CFOP est également revenu sur le communiqué de la CENI condamnant l’attitude de certains individus qui ont organisé le transport de personnes en vue de leur enrôlement en tant qu’électeurs à Ziniaré. Allant dans le sens de la CENI, le CFOP condamne également ces actions, tout en informant que des faits similaires se sont déroulés à Boussé. Aussi, le CFOP invite la justice à faire diligemment toute la lumière sur cette affaire.

Aïcha TRAORE



25
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Reporter les législatives, les arguments volent bas

Comme s'ils n'entendaient pas les cris des Burkinabè, des députés demandent le report des élections législatives pour les coupler en novembre 2021 avec l...

10/07/2020

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:07:48