Rapport de l’ONG OXFAM : La ministre reconnait que des défis demeurent mais…

22/06/2020
00:00

Le ministre de la Femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, Laurence Marie Ilboudo/Marshal a organisé le 19 juin 2020 une conférence de presse conjointe avec l’ONG OXFAM à Ouagadougou. Objectif, apporter plus de clarification aux diffamations mentionnées dans ledit rapport.


En début juin dernier, l’ONG OXFAM publiait son rapport sur la protection des femmes déplacées internes, intitulé "les femmes dans la crise, survivante et héroïne”. Cet rapport dont l’étude est intervenue entre le 09 et le 19 mars 2020 relève des atteintes aux droits fondamentaux tant au niveau des populations déplacées que de la communauté hôte dont les conditions de vie ne sont dans bien des cas que légèrement meilleures que celles des personnes déplacées. Ces violations de droits humains sont notamment commises sur les filles et les femmes qui représentent 83,88 % des personnes déplacées internes (PDI). Ce rapport qui rentre dans une situation d’alerte et de prévention selon le directeur pays par intérim de l’ONG, Sosthène Papa Konaté révèle des attitudes menaçantes et harcèlement de certains responsables de services ou d’enregistrement, des pratique du «sexe de survie» jusqu’à Ouagadougou, 12 cas de viols sur un seul site en deux mois à Barsalogho et des cas de détournement de vivres. Ledit rapport n’est pas du goût du ministre de l’Action humanitaire, Laurence Marie Ilboudo/Marshal qui estime que le rapport publié par l’ONG OXFAM ne mentionne pas les acquis importants engrangés grâce aux efforts communs du gouvernement et des partenaires humanitaires. C’est dans cette optique qu’elle a initiée cette conférence conjointe avec le premier responsable de l’ONG afin de lever toute équivoque. Ainsi, à cette rencontre échanges, la ministre est revenue sur les acquis de son département en matière d’assistance aux PDI. À en croire ses propos, pour la gestion efficace de la crise aux conséquences multidimensionnelles, le gouvernement et les partenaires apportent une réponse multisectorielle qui a permis d’atteindre des résultats importants dans le secteur de la protection. Au delà de ces acquis, elle reconnait que des défis en matière de protection demeurent pour son département. Toute chose qui a été reconnu par le premier responsable de l’ONG en ces termes: "L’objectif de ce rapport n’est pas de vouloir jeter un discrédit sur l’action gouvernementales et celle des acteurs humanitaires”. Cependant, il a promis dorénavant socialiser avec le ministère de l’Action sociale avant toute autres décisions de ce genre.

Aïcha TRAORE

15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Reporter les législatives, les arguments volent bas

Comme s'ils n'entendaient pas les cris des Burkinabè, des députés demandent le report des élections législatives pour les coupler en novembre 2021 avec l...

10/07/2020

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:25:16