Situation nationale : Bala Sakandé appelle à la cohésion sociale à Dédougou

26/06/2020
00:00

Le 25 juin 2020, Dédougou, chef lieu de la région de la Boucle du Mouhoun, a abrité la rencontre régionale entre le président de l'Assemblée nationale, Bala Alassane Sakandé, les élus et les autorités administratives de la région. Au cœur des échanges, l'insécurité et la situation des déplacés internes. La cérémonie de clôture a été présidée par le chef du parlement.


 

Les régions de l'Est, du Nord, du Centre-Nord, du Sahel et de la Boucle du Mouhoun connaissent une situation sécuritaire préoccupante du fait des attaques terroristes qui endeuillent et troublent la quiétude des populations. Au regard de ce contexte sécuritaire, l'Assemblée nationale a initié des rencontres régionales avec les élus, les autorités administratives en vue de recueillir les préoccupations, attentes et propositions des parties prenantes locales. C’est dans ce cadre que la rencontre de Dédougou a eu lieu. Elle a donné l’occasion d’échanges directs entre les participants sur des sujets préoccupants. En clair, il s’agit de faire connaitre la contribution de la 7ème législature à la lutte contre le terrorisme, apprécier les efforts du gouvernement en faveur des personnes déplacées internes. Et aussi de faire connaitre les options de la CENI dans l’organisation des élections du 22 novembre 2020 et l’état de mise en œuvre de la loi sur les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP).

Le député Maxime Koné a fait un rappel historique de la situation sécuritaire au Burkina Faso avant de donner les différentes définitions de la notion de terrorisme. Le communicateur a informé le public qu’une dizaine de lois ont été adoptées par l’Assemblée nationale dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La seconde partie de son exposé a traité des autres contributions et initiatives de l’Assemblée nationale.

Il souligné que l’Assemblée nationale a consacré une session spéciale à la lutte contre le terrorisme qui a débouché sur l’adoption de 14 recommandations au gouvernement. S’agissant de la loi sur les VDP dans la région de la Boucle du Mouhoun, le Chef de bataillon Sosthène Coulibaly a donné des informations sur l’organisation générale des forces de défense et de sécurité et sur le nombre de personnes déplacées internes que compte la région. Le déploiement des VDP se fait en tenant compte du degré de menace sécuritaire de la localité, de la volonté manifeste des populations à disposer de VDP et après consultation des autorités locales. Après cela, on procède à l’identification des VDP, à leur formation, à leur enrôlement et à la transmission des données à la hiérarchie pour les enquêtes. A ce jour, les VDP sont au nombre de 102 sur un potentiel de 505 dont 65 formés et 37 en attente de formation.

La CENI n'a pas pu se déployer dans certaines zones.

Adama Kéré, vice-président de la CENI, a fait le point des enrôlements dans la Boucle du Mouhoun. A la date du 16 juin, 06 sous-zones ont été enrôlées avec un total de 138. 950 personnes inscrites. Il a déploré le fait que la CENI n’ait pas pu se déployer dans certaines localités des provinces de la Kossi et du Sourou du fait de l’insécurité.

Concernant les Personnes déplacées internes (PDI), Innocent Stanislas Tuina, directeur régional en charge de l’Action humanitaire de la Boucle du Mouhoun, a abordé la stratégie adoptée par la région pour les accueillir. Elle consiste à les laisser s’installer par affinité en s’adossant sur des familles appelées familles hôtes. La région enregistrait à la date du 20 mai, 32.036 PDI regroupées autour de 2 702 ménages dont 728 ménages vivant dans des familles hôtes. Toutes les communes sont touchées par le phénomène.

Des commandements pour mieux peaufiner la lutte

Au regard des préoccupations, les participants relèvent le recrutement et la formation de jeunes dans les zones d’insécurité en vue de procéder à l’enrôlement sous la supervision de la CENI et des forces de défense et de sécurité, la prise d’une décision politique pour le vote des personnes déplacées internes. Aussi, le gouvernement exige de la CENI un rapport circonstanciel global sur le nombre de communes et de village non enrôlés à la date du 30 juin 2020 et l’impact de cette situation sur la tenue effective du scrutin et la nécessité d’une analyse comparative des chiffres sur l’enrôlement donnés par la CENI pour aider à la prise de décision sur la tenue des élections.

Au titre des VDP, ils recommandent le déploiement des FDS le long du fleuve Mouhoun pour empêcher sa traversée par les terroristes, l’encadrement des Dozo pour éviter des dérives, la prise de textes d’application de la loi sur les pupilles de la nation. Il y a aussi, le déploiement des VDP sur les sites miniers artisanaux, afin d’anticiper dans la lutte contre les attaques terroristes et l’identification de mécanismes de protection des fonctionnaires et des élus locaux.

Jules TIENDREBEOGO



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Reporter les législatives, les arguments volent bas

Comme s'ils n'entendaient pas les cris des Burkinabè, des députés demandent le report des élections législatives pour les coupler en novembre 2021 avec l...

10/07/2020

Report des législatives en 2021 : politiquement critiquable, légalement fondé

'C'est une forfaiture' ! Le député Moussa Zerbo de l'UPC qui n'a pas pris part au huis clos sur le rapport de la mission parlementaire portant report d...

09/07/2020

Lotissement à Bama, Monsieur le ministre prenez vos responsabilités !

A Bama, localité située à une trentaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, les marches et les contre-marches se succèdent les unes pour le lotissement, l...

08/07/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:51:01