Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Union pour un Burkina nouveau : un nouveau parti pour un développement durable

17/02/2015
00:00

Ouagadougou a abrité le samedi 14 février dernier, la création d’une nouvelle formation politique dénommée « Union pour un Burkina nouveau ». L’assemblée générale constitutive qui a mobilisé un parterre de militants de premières heures a désigné Yacouba Ouédraogo, ex-ministre des Sports comme président du parti.

 

« Quelles contributions de l’Union pour un Burkina nouveau pour la cohésion sociale, la paix et le développement durable au Burkina Faso ? ». C’est sous ce thème que s’est tenue à Ouagdougou, l’assemblée générale constitutive de l’Union pour un Burkina nouveau (UBN). C’était devant des militants de premières heures fortement mobilisés que le nouveau parti dénommé « Union pour un Burkina nouveau (UBN) est né. Ces militants sont venus des 45 provinces du Burkina Faso. Le bureau exécutif national est composé de 45 membres et de deux commissaires aux comptes. Son premier responsable s’appelle Yacouba Ouédraogo, ex-ministre des Sports de l’ex-président Blaise Compaoré. Aux militants, le président du nouveau parti, Yacouba Ouédraogo, a indiqué : « Malgré plusieurs faits avérés, vous avez cru en l’avenir en acceptant de vous mettre à l’œuvre pour participer à la construction d’un Burkina nouveau. Ainsi vous avez compris et promis de vous engager dans une dynamique nouvelle qui est celle de réconcilier les Burkinabè afin d’instaurer un climat favorable au développement endogène et exogène ». Le nouveau parti compte insister sur la réconciliation, car il faut reconnaître que depuis près d’un an, une fracture menace notre tissu social. La classe politique nationale était divisée sur les révisions constitutionnelles entre autres, l’article 37, la tenue d’un référendum et la mise en place du Sénat. Les conséquences de cette division politique ont été concrétisées par l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre derniers. L’UBN pense qu’il faut dépasser ces querelles pour reconstruire notre pays. « Certes des erreurs ont été commises dans le passé, mais nous devons savoir dans la tolérance pardonner pour asseoir une nouvelle vie communautaire pour marquer un nouveau départ dans notre volonté de vivre ensemble » a relevé Yacouba Ouédraogo.

Jules TIENDREBEOGO


615
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Filière cotonnière, maintenant allons au champ

Les bonnes nouvelles qu'on attendait du côté de l'Association interprofessionnelle de coton du Burkina (AICB) sont tombées. Le prix du kilogramme du co...

16/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:03:51