Samandéni : le Neemier - France fait œuvre utile

09/11/2015
00:00

L’amitié entre l’association Bassitara de Samandéni et son homologue « Le Neemier » basée à Saint Laurent du Var en France se porte bien. De novembre 2014 à nos jours, les actions en cours et les projets sont immenses à Samandéni, voire dans la commune de Bama.

L’association « Le Neemier - France »  a été créée et reconnue officiellement en novembre 2014. Globalement, elle a pour but d’établir des partenariats permettant de contribuer à l’autonomie financière de l’orphelinat de Samandéni et de participer au développement artistique et culturel dudit village. Jean-Paul Fouilloux, président de cette association est venu toucher du doigt les réalisations en cours. Avec Philippe Thelen, ils ont eu des échanges fructueux non seulement avec Oumar Sangaré, président de l’association Bassitara, le chef de village de Samandéni et les différents responsables des comités ou regroupements des populations dudit village. Des actions en cours, on peut citer entre autres, la coproduction du festival artistique Bassitara - Neemier, la préparation d’un programme de voyages solidaires, la création d’une maison de la culture et des savoirs à Bama (bibliothèque, médiathèque, point Internet, salles de cours etc.), le jumelage entre l’orphelinat et le Centre de loisirs de Villars/ Var et la réalisation d’un inventaire botanique sur Samandéni. Aussi, le plus grand projet en cours est bien l’installation de latrines publiques. Dénommé « ECOSAN », c’est-à-dire Ecologie Santé, la construction de ces latrines viendra améliorer l’hygiène et la santé des populations. Ces latrines spécifiques, conçues à cet effet, permettent de récupérer l’urine pour en faire de l’engrais en séparant l’urine et la matière fécale. A terme, cette dernière va servir à améliorer les cultures maraîchères. Le début des travaux est prévu pour le mois de janvier 2016 avec une dizaine de latrines au départ. Oumar Sangaré en est le coordonnateur et Soumaïla Traoré a en charge l’animation, donc de la gestion. Jean-Paul Fouilloux fonde un grand espoir sur la réussite de ce projet.  C’est pourquoi, l’accent sera aussi mis sur la sensibilisation des populations à travers des théâtres - fora afin que ses bénéficiaires se l’approprient. Mais d’ores et déjà, relève-t-on, l’engouement des populations y est perceptible à l’issue des rencontres avec les différentes communautés du village.

Kofila TRAORE


759
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

100 ans du Burkina, que du chemin parcouru !

« Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'État-nation ». C'est sous ce th...

10/12/2019

Qu’avons-nous fait, réellement, pour mériter ces médailles ?

La Nation a été reconnaissante à l'endroit de certains de ses fils et filles. Officiellement, ils ont été décorés au palais présidentiel, devant le che...

09/12/2019

Pau sera un nouveau départ contre le terrorisme au Sahel

Iront-ils, n'iront-ils pas? Le président français, Emmanuel Macron veut parler «franchement» avec les chefs d'Etat du G5 Sahel. Il veut leur demander, ...

06/12/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:01:46