Vision express : dans l’imbroglio de l’élection à la présidence de la FBF

07/11/2016
00:00

Aura lieu le 10 novembre 2016 à Koudougou, ou n’aura pas lieu à cette date, l’élection du président de la Fédération burkinabé de football est suspendue à une décision judicaire. Le verdict de cet imbroglio judicaire dans lequel se trouvent les candidats pour la course à la FBF devrait connaître un dénouement le mardi 08 novembre 2016 selon les mots du juge Wenceslas Ilboudo. Une affaire judicaire née de l’invalidation de la candidature d’Amado Traoré, président du RCK pour deux raisons majeures : Carte d’identité nationale expirée et non affiliation à l’Union nationale des arbitres du Faso à la FBF. Si l’on analyse simplement les deux raisons, on finit par conclure que si ce candidat a présenté réellement une pièce expirée, son invalidation est donc juste. Quant à l’autre s’il se justifie, les textes doivent être appliqués comme il se le doit. Mais depuis cette affaire d’invalidation, les débats ne sont pas centrés sur ces deux raisons. D’abord le camp incriminé met en doute la légalité du comité chargé de la validation des dossiers et, maintenant cherche les failles des textes de la fédération pour s’appuyer dessus. Si certaines voix s’élèvent pour dire de laisser tout le monde aller aux élections, d’autres aussi disent que c’est inadmissible qu’un responsable présente une pièce expirée. Tout cela leur fait dire que la candidature d’Amado Traoré a été précipitée. Ils pensent que si dès le début cette candidature avait été bien pensée, ce ne sont pas les documents qui devraient l’arrêter. Et tout le monde voyait en lui, le successeur du colonel Sita Sangaré. Ce dernier a fait volte-face avant de revenir sur sa décision. Le retard de son engagement peut être la clé de son échec car lorsqu’il avait annoncé qu’il ne serait pas candidat, beaucoup avaient pris position. Et leur demande de revenir sur cette décision, a mis en jeu leur crédibilité. Sa candidature maintenant met des clubs dans une situation inconfortable comme c’est le cas des verts et jaunes. Que faire alors ? Vu l’évolution des choses, on a l’impression que son camp est plus favorable au report de ces élections que les autres. Les deux autres estiment que la date du 10 novembre 2016 est impérative. Sinon le Burkina Faso comme l’a indiqué au cours de sa conférence de presse, le candidat Bertrand Kaboré, se trouverait dans une situation inconfortable car mis sous la gestion d’un comité paritaire. Evitons tout cela en acceptant la décision du juge pour sortir de cette impasse.

Firmin OUATTARA


591
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Une année scolaire ni blanche ni noire

gouvernement a enfin tranché. Tous les élèves en classe d'examen vont composer. Tandis que l'année est terminée pour ceux des classes intermédiaires. Des...

29/05/2020

Et si Roch avait débuté le nettoyage autour de lui !

L'arrestation et la détention de l'ancien ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants, Jean-Claude Bouda, doit sonner comme la volonté du...

28/05/2020

Et si on respectait toutes les règles du jeu pour éviter le désordre social ?

Si un mal peut avoir un côté positif, la maladie à Coronavirus devait servir de pédagogue en matière de civisme. Obéir pour raison de santé publique comm...

27/05/2020

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





13:05:57