Flash Info utane

  Burkina :CDP:En l’espace de deux week-ends, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) dans la province du Houet, dirigé par Ibrahim Sanon, a organisé deux activités importantes;  


Ouverture de session parlementaire au Bénin : Salifou Diallo met d’accord les députés béninois

12/04/2017
00:00

Une délégation de députés burkinabè  a  pris part, le lundi 10 avril  à Porto Novo au Bénin,  à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2017. Le président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, Salifou Diallo, invité d’honneur, a livré à l’hémicycle un discours bien accueilli par les députés du « pays de la Conférence nationale ».

 

A l’entame de la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2017,  le Président de l’Assemblée nationale du Bénin, Adrien Houngbedji, s’est félicité de la participation effective de la délégation burkinabè. Il a noté que les deux parlements ont une « aspiration commune à bâtir la nation africaine sur les fondamentaux que constituent la démocratie parlementaire et la coopération interparlementaire ».

A la séance du jour, Adrien Houngbedji a réaffirmé l’estime qu’il a pour son homologue Salifou Diallo. Il a donc tenu à saluer ses qualités d’homme politique clairvoyant et engagé pour son pays et l’Afrique. « Le Président Salifou Diallo est un homme qu’on ne présente plus. Militant de la cause panafricaine, depuis sa première jeunesse et de la lutte contre le néocolonialisme à l’Université de Dakar, il est doté d’une grande culture », a souligné le chef du Parlement béninois.

Le contexte de l’ouverture de la session parlementaire béninoise notamment la clôture de la 3ème session extraordinaire 2017, le mardi 04 avril dernier, consacrée à l’étude et au débat sur le projet de révision de la Constitution du 11 décembre 1990, et marqué par un vote de rejet, faute pour le projet de révision d’avoir obtenu les trois quarts des suffrages des 83 députés, a dicté la cadence des interventions.

Dans son message, le Président de l’Assemblée nationale du Burkina Faso a, d’emblée, invité les parlementaires à  s’engager dans l’union, l’intégration véritable et pour des réformes audacieuses portées par une gouvernance de rupture dans les Etats de la sous-région. « Il faut ici et maintenant prendre le pari que les Assemblées de nos différents Etats et l’Assemblée communautaire iront en légiférant dans le sens d’affirmer et de réaffirmer les besoins de nos peuples, de dépasser nos frontières géographiques, de dépasser nos frontières politiques pour se mettre au diapason de la lutte actuelle des peuples du monde dans le cadre de la globalisation », a martelé  Salifou Diallo.

Devant les députés béninois à l’hémicycle, Salifou Diallo a, également, saisi l’occasion pour « reconnaître et saluer la maturité de l’ensemble de la classe politique béninoise qui, guidée par l’intérêt majeur du peuple, a toujours su dans la diversité et la pluralité des opinions, entretenir un environnement de paix, d’ouverture et de dialogue qui fait la particularité du peuple béninois. Je voudrais vous rendre hommage pour vos prises de positions qui harmonisent et qui permettent le vivre ensemble au Bénin. Plus qu’un atout, cette attitude responsable et citoyenne est un fertilisant précieux indispensable à la croissance de l’arbre de la démocratie et de la paix dans nos pays. C’est le lieu pour moi de rendre un hommage appuyé à vous-même Excellence monsieur le président de l’Assemblée nationale, ainsi qu’à tous les leaders politiques béninois pour l’exemple que vous donnez quant à l’esprit qui doit prévaloir dans les débats et les rapports politiques ».

Le chef du Parlement burkinabè a conduit au Bénin une délégation composée des députés Raphaël Kouama, Bindi Ouoba, Honorine W. Sawadogo/Ouédraogo, Parimani Sabdano, Bernard N. Somé, Salifo Tiemtoré et Saïdou W. Yaméogo.

La mission parlementaire, à Porto-novo dans la capitale politique du Bénin, a, en outre, permis un échange de bons procédés parlementaires et a dégagé des pistes de développement économique et social durable des deux pays  par  le renforcement des organisations tangibles telles la CEDEAO, l’UEMOA et l’Unité africaine.

La Direction générale des médias

De l’Assemblée nationale

 


16
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Monde des affaires : après Obouf, Kanis, à qui le tour ?

Tempête dans le monde des affaires au Burkina Faso ? Si ce n'est pas cela pour l'instant, on croit fortement que ça y ressemble. L'un des hommes d'a...

26/04/2017

Fallait-il encore attendre que les Bobolais manifestent ?

Des organisations de la société civile et de commerçants ont fermé le marché central de Bobo-Dioulasso le vendredi 21 avril pour exprimer leur méconten...

24/04/2017

Il faut régler au plus vite cette question de la police

Pour la énième fois, les policiers nationaux se font entendre. Sur leurs conditions de vie et de travail, mais surtout sur ce qu'ils appellent "services ...

19/04/2017

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:44:39