Flash Info utane

  Burkina :CDP:En l’espace de deux week-ends, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) dans la province du Houet, dirigé par Ibrahim Sanon, a organisé deux activités importantes;  


Terrorisme, si le ministre Simon Compaoré pouvait…

12/04/2017
00:00

La sortie de Simon Compaoré, ministre de la Sécurité intérieure au Nord et au Sahel pour « encourager les Forces de défense et de sécurité » au moment où se déroule l’opération Panga qui consiste à traquer les terroristes dans leur dernier retranchement et les éliminer s’il le faut est la preuve que si Simon Compaoré pouvait tout de suite neutraliser ces fous de la mort, on n’en entendrait plus parler. Tellement ils lui troublent le sommeil. Comme ils le font d’ailleurs pour beaucoup de Burkinabè, notamment ceux du Nord et du Sahel.

Mais en attendant, le pari est en train d’être gagné. Selon le constat fait à travers cette tournée, on remarque que les populations qui avaient fui des localités sont progressivement de retour. Les enseignants qui avaient abandonné des écoles pour des raisons de sécurité sont de retour. Les agents de santé qui craignaient pour leur sécurité sont en poste. En clair, la vie a repris son cours normal dans les localités où elle semblait difficile. Parce que les forces de défense et de sécurité ont joué leur rôle, se sont sacrifiées.

Seulement, la lutte contre le terrorisme ne se gagne pas en une seule journée. C’est une lutte permanente car à plusieurs dimensions. La première victoire qu’il faut avoir sur les terroristes, c’est la victoire psychologique. Par les attaques qu’ils font, les terroristes veulent faire peur aux populations, les faire fuir et occuper le terrain. En même temps, par la revendication qu’ils font de leurs actions spectaculaires, ils veulent aussi qu’on parle d’eux. Peu importe la manière. On comprend alors pourquoi le Conseil supérieur de la communication (CSC) a décidé en concert avec le ministère de la Sécurité intérieure de former les hommes de médias pour une communication plus responsable sur le terrorisme. Il n’est un secret pour personne que les médias jouent un rôle important dans la lutte contre le terrorisme.

C’est pourquoi, la lutte ne devrait pas être la seule affaire des forces de défense et de sécurité. Elle ne peut non plus être la seule affaire du ministre de la Sécurité intérieure. C’est d’abord et avant tout la lutte de l’ensemble des Burkinabè. Qui doivent dans une synergie d’actions relever ce défi que nous lancent les terroristes.

Dans l’un de ses discours, le président Roch Marc Christian Kaboré faisait savoir que le peuple burkinabè n’a jamais courbé l’échine devant une adversité quelconque. Ce n’est donc pas devant des terroristes qu’il le fera quand on sait que ce pays, malgré sa pauvreté du fait de la nature, a toujours réussi là où des pays plus nantis ont échoué. Il est donc temps de se mettre debout comme un seul homme et de bouter hors de nos frontières ces terroristes qui nous pourrissent l’atmosphère.

Dabaoué Audrianne KANI


15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Monde des affaires : après Obouf, Kanis, à qui le tour ?

Tempête dans le monde des affaires au Burkina Faso ? Si ce n'est pas cela pour l'instant, on croit fortement que ça y ressemble. L'un des hommes d'a...

26/04/2017

Fallait-il encore attendre que les Bobolais manifestent ?

Des organisations de la société civile et de commerçants ont fermé le marché central de Bobo-Dioulasso le vendredi 21 avril pour exprimer leur méconten...

24/04/2017

Il faut régler au plus vite cette question de la police

Pour la énième fois, les policiers nationaux se font entendre. Sur leurs conditions de vie et de travail, mais surtout sur ce qu'ils appellent "services ...

19/04/2017

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:49:48