Flash Info utane

  

Burkina 

:

 

 

 

Scandales de corruption révélés au Burkina Faso : REN-LAC affirme que la justice est le maillon faible de la lutte;

Haut-commissariat des réfugiés : le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a lancé ce mardi 13 juin 2017 à Ouagadougou le BIMS qui est une opération de vérification physique des réfugiés

 

 

 

; USSU-BF 2016-2017 : L’Université Joseph Ki Zerbo  rafle les trophées en Handball et basket-ball;

  


Enseignement dans les écoles franco-arabes: Outiller les enseignants à la méthodologie de la lecture

19/04/2017
00:00

Le jeudi 13 avril 2017, une cinquantaine d’établissements franco-arabes se sont retrouvés pour un recyclage des enseignants. A l’issue de la formation, des acteurs se sont prononcés sur la dite activité, suivie d’une conférence.

Chaque année, les écoles franco-arabes s’unissent pour mener des activités qui concourent à la promotion de leur activité. C’est dans cette optique qu’une cinquantaine d’établissements réunis au sein de l’Union des medersas islamiques franco-arabes (UMIFA), ont initié une formation de recyclage des enseignants de leur milieu. La méthodologie de la lecture dans lesdites écoles est le thème central de la formation. « Nous avons initié cette formation pour mieux profiter de la belle vision de l’Etat qui est la mise à notre disposition d’un livre de lecture entièrement écrit par le Burkina. Ce livre prend en compte les réalités socio-culturelles du pays. Alors, permettre à nos apprenants de se l’approprier, passe nécessairement par une maîtrise de la lecture par les enseignants… », justifie Hamado Ouédraogo, SG de l’UMIFA/Bobo et un des formateurs. Il a par ailleurs souligné des difficultés qui sont entre autres, la barrière linguistique (le livre étant écrit en français), le faible niveau de certains enseignants… ne facilite pas les choses aux organisateurs. Qu’à cela ne tienne, tous les acteurs ont salué la tenue de cette formation qui permettra d’avoir des résultats plus encourageants au plan éducatif. « Nous avons beaucoup appris au cours de la formation. Nous savons désormais comment débuter un cours pour permettre à l’élève de bien comprendre la leçon. Trois jours, c’est insuffisant. Mais nous repartons assez bien outillés pour l’encadrement des enfants », Harouna Ilboudo, enseignant et bénéficiaire de la formation. Le souhait des acteurs est de voir appliquer les acquis de la présente formation au niveau des établissements. A l’issue de la formation, une conférence a été animée au profit des participants et autres acteurs sur le conflit (des facteurs qui entravent sa promotion) de la langue arabe au Faso.

Souro DAO


30
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Immobilité urbaine au centre-ville de Bobo-Dioulasso

Si le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, comme l'a dit le Directeur général de l'Office national de sécurité routière a été bien inspiré en initiant ...

15/06/2017

Les avocats de la défense avaient donc raison, même si c’est en partie !

Le Conseil constitutionnel a rendu son verdict. Dans les délais qui lui étaient impartis. Ses décisions n'étant pas susceptibles de recours, les Burkinab...

14/06/2017

La route ne tue pas, ce sont les hommes qui se tuent sur la route

Le 9 juin dernier, un car de transport en commun fait neuf morts dont huit sur le champ et vingt-deux blessés dont cinq dans un état critique alors qu'il...

13/06/2017

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:40:36