Flash Info utane

  

Burkina 

:

 

 

 

Scandales de corruption révélés au Burkina Faso : REN-LAC affirme que la justice est le maillon faible de la lutte;

Haut-commissariat des réfugiés : le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a lancé ce mardi 13 juin 2017 à Ouagadougou le BIMS qui est une opération de vérification physique des réfugiés

 

 

 

; USSU-BF 2016-2017 : L’Université Joseph Ki Zerbo  rafle les trophées en Handball et basket-ball;

  


Gestion de l’eau au Burkina Faso: La Police de l’eau bientôt opérationnelle dans les 13 régions du pays

19/04/2017
00:00

Les agents de des services de la Police de l’eau de 10 régions administratives du Burkina Faso sont en formation depuis hier, mardi 18 avril 2017. Ce séminaire de formation a lieu à l’Ecole nationale des Eaux et Forêts (ENEF), à Dindéresso, village de la commune de Bobo-Dioulasso.

 

Organisé par la Direction générale des Ressources en eau, en partenariat avec l’ENEF, ce séminaire est dupliqué en deux sessions séparées regroupant chacune 50 participants, la première, du 18 au 29 avril et la deuxième du 2 au 13 mai 2017. Au total 10 modules théoriques et des sorties terrain sont au programme de chaque session de formation. Les modules portent sur : Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE), hydrologie-hydromorphologie-hydrogéologie, Système d’information géographique (SIG) et cartographie, écologie végétale, pollution des eaux, qualité de l’eau, documents de planification/évaluation, droit de l’eau et notion de la Police de l’eau, procédures judiciaires, notion de communication. C’est une formation assez riche, qui va permettre aux participants d’être aptes à assurer leurs missions sur le terrain. Selon Bernard Béba, Secrétaire général représentant le gouverneur des Hauts-Bassins, « l’accès à l’eau potable et à des systèmes d’assainissements adéquats fait partie des axes stratégiques majeurs parmi ceux identifiés pour la réduction de la pauvreté de la population ».

Et, « la question de Police de l’eau est venue d’un constat. C’est que les ressources en eau sont vitales et limitées. Elles font l’objet de plusieurs usages. Leur pérennité et leur protection constituent un enjeu majeur. C’est au regard de cela que le gouvernement a pris un certain nombre de mesures législatives et règlementaires. Afin de faire respecter cette règlementation, il était nécessaire de mettre en place un cadre institutionnel, pour permettre à la population non seulement de comprendre la règlementation, mais aussi de l’amener à la respecter. C’est en ce sens qu’on met en place la police de l’eau. Sa mission principale est de faire respecter la législation et la règlementation en matière de gestion et de protection des ressources en eau. C’est d’abord une mission de sensibilisation/prévention, mais aussi de répression des personnes qui ne respectent pas cette règlementation », explique Serge Traoré, Directeur général des Ressources en eau.

Justement, les participants à cette formation sont les agents désignés par le ministère en charge des Ressources en eau, pour servir de cette Police de l’eau dans les 10 régions qui n’ont pas encore de service de Police de l’eau. Celles des Hauts-Bassins en 2014, du Centre-Nord en 2016 et du Nord il y a quelques semaines sont déjà dotées de service de Police de l’eau.

Les différents intervenants à la cérémonie d’ouverture du séminaire, ont insisté sur le fait que l’eau est une ressource précieuse, limitée et vulnérable, mais à plusieurs usages. Sa préservation et sa protection constituent un enjeu majeur et un défi pour l’Etat, certes, mais aussi pour les différents usagers. Car, la ressource eau n’est pas exploitée de manière durable. L’orpaillage avec l’utilisation du cyanure et du mercure en est une parfaite illustration. « Au-delà de l’aspect économique, il y a un aspect vital qu’il faut sauvegarder. C’est pour cela que je suis content de ces sessions de formation qui se tiennent dans mon établissement. Nous pensons que de ces formation, vont sortir des agents qui vont pouvoir non seulement conscientiser les gens, mais aussi rappeler les gens à l’ordre », dit Siriki Jean Pierre Héma, DG de l’ENEF.

Aly KONATE

Alykonat@yahoo.fr


43
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Immobilité urbaine au centre-ville de Bobo-Dioulasso

Si le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, comme l'a dit le Directeur général de l'Office national de sécurité routière a été bien inspiré en initiant ...

15/06/2017

Les avocats de la défense avaient donc raison, même si c’est en partie !

Le Conseil constitutionnel a rendu son verdict. Dans les délais qui lui étaient impartis. Ses décisions n'étant pas susceptibles de recours, les Burkinab...

14/06/2017

La route ne tue pas, ce sont les hommes qui se tuent sur la route

Le 9 juin dernier, un car de transport en commun fait neuf morts dont huit sur le champ et vingt-deux blessés dont cinq dans un état critique alors qu'il...

13/06/2017

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





09:41:05