Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Formation des jeunes en entreprenariat : La part contributive de l’AWDA

09/08/2017
00:00

Pour apporter sa touche particulière au développement national et continental, le formateur, chercheur et président de l’Association wendkouni pour le développement de l’Afrique (AWDA), le pasteur Herman Sawadogo a initié une conférence de presse le dimanche 30 juillet 2017 afin de donner de nouvelles orientations.

 

Créée en 2009, l’Association wendkouni pour le développement de l’Afrique (AWDA) a pour objectif entre autres, la lutte contre certaines maladies, la lutte contre le réchauffement climatique. Aussi, la promotion des relations d’amitié entre les pays africains et la lutte contre la pauvreté. Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités, l’association a créé un centre médical de phytothérapie à Ouagadougou avec des représentations à l’intérieur et l’extérieur du pays. Et elle a entrepris une vaste campagne de formation des jeunes en entreprenariat. C’est dans cette optique que le président de l’AWDA, le pasteur Herman Sawadogo a convié les hommes de médias pour leur expliquer le bien fondé de son initiative. Selon lui, tout développement passe par la stabilité, la paix et la cohésion sociale. Dans ce sens, il interpelle par ailleurs nos autorités à œuvrer au renforcement de ces valeurs cardinales. A l’endroit des populations, il souhaite que chacun privilégie l’intérêt général en mettant de côté les revendications sociales. Chacun de nous doit développer des stratégies afin d’apporter sa pierre à la construction de notre bien commun. Selon lui, nous sommes au seuil du développement et nous devons suivre l’exemple de certains pays comme la Chine, le Japon. «Des réformes approfondies au niveau de l’Education à travers des formations professionnelles dans les domaines de l’Elevage, l’Agriculture, l’Energie solaire, etc…», a-t-il ajouté en précisant que les anciennes pratiques engendrent des chômeurs, des manifestants (grève, sit-in), car nous sommes entrain d’étouffer nos économies. «A travers l’association, nous avons formé plusieurs personnes dans divers métiers. Je soigne aussi à travers la médecine africaine. Nous devons produire et consommer africain. Nous devons travailler pour le développement du pays et non contre son développement à travers des revendications qui entravent notre avenir radieux» a renchéri le pasteur.

Jules TIENDREBEOGO


105
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous dites de transcender les divergences politiques !

Prononçant son discours d'ouverture de la première session extraordinaire de l'année 2018 de l'Assemblée nationale ce lundi 16 juillet, le président Al...

18/07/2018

Tant qu’on parlera de commande publique...

Les Burkinabè, depuis longtemps (et c'est malheureux) ont tendance à croire que lorsqu'on parle de biens publics, ça n'appartient à personne. Autrement...

17/07/2018

Paul Biya n’a pas pitié de son pays, le Cameroun

Il a quatre-vingt-cinq ans. Au bord de la tombe. Il en a passés 36 au pouvoir. Soit 6 mandats sans discontinu. C'est lui, ce vieux croulant sous le poi...

16/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





06:05:41