Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Ils l'ont donc fait partir pour lui succéder ?

12/09/2017
00:00

A peine Nathalie Somé, présidente du Conseil supérieur de la communication a-t-elle été déposée à la Maison d'arrêt et de correction de Ouagadougou que sa succession fait du bruit, et même beaucoup de bruit dans certains milieux. Des noms circulent déjà à sa succession. Avec l'accord ou sans des concernés ? Donnant l'impression qu'on l'a fait partir pour lui succéder, très rapidement.

En effet, la décence voudrait très sincèrement que les ambitions ou velléités des uns et des autres soient tues en attendant qu'au plus haut niveau on constate au moins la vacance du poste. Ensuite, que par les procédures en la matière, le président du Faso, dont relève le Conseil supérieur de la communication consente à y nommer un conseiller. Mais cela ne suffit pas. Le mandat du conseiller nommé doit être validé par une prestation de serment. C'est après tout cela qu'il va prendre fonction en tant que conseiller et non pas en tant président ou présidente du CSC. La loi organique portant création, etcomposition du Conseil supérieur de la communication dit bien que les conseillers sont élus pour cinq ans non renouvelables. Ils élisent en leur sein le ou la présidente de l'institution. Dont le mandat est aussi de cinq ans. Si un conseiller venait à être nommé en remplacement de Nathalie Somé, peut-il être élu président du. CSC du moment où c'est juste pour terminer le mandat de président qui reste deux ans alors que son mandat est de cinq ans ? Dans exactement deux ans, les mandats des conseillers nommés en 2014 prennent fin. Ils seront remplacés par d'autres nouveaux conseillers qui devront élire un nouveau président pour un mandat de cinq ans.

Du reste, le président du Faso peut décider de ne pas y nommer un conseiller. Ainsi, les conseillers actuels seront chargés d'élire en leur sein un nouveau président qui va terminer le mandat de Nathalie Somé. Dans tous les cas, dans le collège des conseillers, il y a un vice-président. Et ce n'est pas pour rien ' que la loi a prévu cela.Mieux, il n'est pas exclu qu'au sein des conseillers actuellement en poste, des choix soient portés sur l'un d'eux. Ils connaissent déjà l'institution et son fonctionnement.

Aucune hypothèse n'étant pas exclue, il est bien préférable que les uns et les autres, surtout ceux qui sont contents que Nathalie ne soit plus présidente du CSC, gardent leurs ambitions pour eux-mêmes. A supposer que Nathalie Somé bénéficie d'un moment à un autre d'une liberté provisoire. Elle a le droit de reprendre son siège de conseiller mais également de présidente. A moins qu'elle décide de démissionner. Mais pour l'instant nous n'en sommes pas à ce niveau. C'est pourquoi, une fois de plus, on doit prendre le temps d'attendre. A moins que tout cela ait été bien ficelé dans les laboratoires obscurs comme certains savent bien le faire.

Dabaoué Audrianne Kani


69
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Bobo-Dioulasso à la recherche d’un leader politique charismatique

Si le leadership dans le domaine des affaires ou encore sur le plan économique est assuré avec Lassiné Diawara à la présidence de la délégation consula...

22/01/2018

Remaniement ministériel ; vers un gouvernement d'union nationale ?

L'idée trotte dans des esprits et non des moindres. S'il faut nécessairement faire un remaniement ministériel, quel type de gouvernement faut-il former...

19/01/2018

Crise dans l'éducation ; trouvez vite la solution !

Les élèves, dans plusieurs localités du pays, sont véritablement entrés dans la crise qui oppose le gouvernement aux enseignants représentés par la Coo...

18/01/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





12:29:07