Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Pourquoi le retour de Blaise Compaoré fait-il autant de bruit ?

26/09/2017
00:00

Les femmes du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) réunies en assemblée générale le 16 septembre dernier avaient, à la fin de leurs travaux émis le souhait de voir tous les Burkinabè, dont Blaise Compaoré qui sont partis à l’extérieur du pays après l’insurrection populaire revenir au pays. Quitte à ce qu’ils passent devant la justice. Avant les femmes du CDP, c’est Nana Thibaut, comme par coïncidence, qui est allé à Abidjan en Côte d’Ivoire où il rencontre Blaise Compaoré. Les images sur sa page Facebook parlent d’elles-mêmes. Les échanges entre les deux hommes sont cordiaux. En commentaire, Nana Thibaut explique que Blaise Compaoré a émis le vœu de regagner le pays en 2018. Les commentaires sont virulents. Au cours de leurs journées parlementaires tenues vendredi 22 et samedi 23 septembre, les députés membres du groupe parlementaire du Congrès pour la démocratie et le progrès, le parti de Blaise Compaoré, ont à leur tour souhaité que Blaise Compaoré regagne le pays. Dans la même dynamique, des jeunes, des femmes et des organisations de la société civile organisent un peu partout à travers le pays des rencontres pour demander la libération pure et simple du Général Djibirll Bassolé. Qu’on dit injustement détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Pour les partisans du retour des exilés...politiques, le pays a besoin de tous ces filles et fils pour se construire dans la paix, l’unité et la réconciliation.

A l’opposé, d’autres organisations de la société civile, des partis politiques et leurs responsables ne veulent pas entendre parler de retour de Blaise Compaoré et de tous ceux qui ont quitté le pays suite à l’insurrection populaire. Car, pour certains, s’ils ont pris des nationalités étrangères, ce n’est plus pour revenir au Faso. Même s’ils n’ont pas renoncé à leur nationalité burkinabè. En outre, Blaise Compaoré et les autres ayant quitté le pays, même si ce n’est pas de leur gré, il faut aussi tourner leur page. Pour toujours.

Et pourtant, ce que certains ne veulent pas entendre, c’est que Blaise Compaoré a dirigé le pays pendant 27 ans. A jamais, son nom restera lié à l’histoire du Burkina Faso. Qu’il revienne actuellement au pays ou que cela soit plus tard ou à jamais. Blaise Compaoré, sait comme beaucoup de personnes qu’en revenant au pouvoir, il aura certainement à répondre devant la justice. S’il n’a pas peur de la justice, ou du moins s’il a des choses importantes à dire pour faciliter la réconciliation et la stabilité de son pays, pourquoi donc son retour et son passage devant la justice devraient-ils faire autant de bruit? A moins que des gens aient expressément peur que son retour leur fasse perdre des prébendes?

Du reste, une fois de plus, quel honneur avons-nous, Burkinabè donc des hommes intègres quand notre ancien président est obligé de vivre en exile parce que nous n’avons pas voulu qu’il modifie la Constitution? Cette question n’étant plus d’actualité, nous sommes obligés de solder les comptes de l’insurrection populaire et envisager très sereinement le progrès économique et social de notre pays. Aucun pays ne peut se développer dans une telle pagaille!

Dabaoué Audrianne KANI

25
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Autant le dire... : C’est donc vrai que vous y êtes pour quelque chose ?

On ne sait vraiment pas ce que les groupes parlementaires Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et Burkindlim (tous de la majorité présidentielle) ...

21/10/2017

Autant le dire... : Les forumistes se réunissent, les terroristes attaquent et tuent

Les forums régionaux sur la sécurité se tiennent actuellement. Réunissant les forces vives dans les régions, ils doivent faire l'état des lieux en mati...

19/10/2017

Autant le dire... : Laisser Pascal Zaïda et on passe !

Pascal Zaïda fait monter la pression. Après que la mairie de Ouagadougou ait retiré son autorisation de manifester alors qu'elle la lui avait accordée ...

18/10/2017

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:24:42