Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Conférence de l’UPA : Réfléchir sur le renforcement des liens

11/11/2017
00:00

Sous la présidence de Bala Alassane Sakandé, président de l’assemblée nationale du Burkina Faso, la salle de conférence de Ouaga 2000 abrite du 9 au 10 novembre 2017, la 40ème conférence de l’Union parlementaire africaine (UPA) dans l’optique de promouvoir la démocratie et le développement durable.

A la suite de la 71ème session du comité exécutif tenu du 6 au 8 novembre dernier, l’Union parlementaire africaine (UPA) s’est de nouveau réunie pour entamer les échanges entrant dans le cadre de la 40èmeconférence. Le président de l’Assemblée nationale du Burkina, Alassane Sakandé, a réitéré toute la reconnaissance de la représentation nationale pour le choix porté sur la ville de Ouagadougou pour abriter cette rencontre. Ce choix selon lui, est d’autant plus significatif et chargé de symbole pour eux que Ouagadougou a été la pierre angulaire du tournant décisif amorcé par le peuple burkinabè depuis octobre 2014 dans sa quête d’une démocratie véritable fondée sur les aspiration profondes des populations. Il a adressé ses vives félicitations au président de l’UPA, Cipriano Cassama pour son leadership avisé à la tête de l’organisation et pour les réformes pertinentes qu’il a su initier dans le cadre d’un meilleur positionnement et d’un plus grand rayonnement international de l’UPA. Cette rencontre offre l’opportunité non seulement aux participants de s’enrichir mutuellement de leurs expériences respectives, mais surtout de réfléchir ensemble sur le comment et les perspectives de renforcement des liens. Le choix de ces thèmes, selon Alassane Sakandé est évocateur à bien des égards, quant au rôle majeur que l’UPA doit jouer en tant que parlementaire, dans le renforcement de la résilience des Etats. Ce rôle qui s’articule autour des missions régaliennes des institutions parlementaires, se voit renforcé par leur capacité d’interpellation et surtout de sensibilisation sur les questions et enjeux de développement au double plan national et international. Par ailleurs, il dira que ces constats révèlent encore une fois de plus, le rôle central de l’institution parlementaire en tant qu’organe d’approbation des ressources nécessaires pour le financement des politiques publiques, mais aussi en tant qu’institution de contrôle de l’Exécutif.

Jules TIENDREBEOGO

140
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Côte d’Ivoire-Burkina, ne pas faire du TAC* une foire !

On espère que chacun n'est pas allé faire son Traité d'amitié et de coopération (TAC) à lui, à Yamoussoukro en Côte d'Ivoire! Mais, pour effectivement ...

27/07/2018

L’opposition vent-debout contre le pouvoir de Roch

L'opposition politique burkinabè, réunie au sein de la Chefferie de file de l'opposition politique (CFOP) ne manque aucune occasion pour fustiger la go...

26/07/2018

La Redevabilité, un exercice déliquat, mais indispensable

Hier mardi 24 juillet 2018, le maire de la commune de Bobo-Dioulasso a rendu compte à ses concitoyens et concitoyennes de la cité de Dafra de sa gestio...

25/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





12:34:53