Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Libye : Du bétail humain en vente aux enchères

20/11/2017
00:00

Dans la tragédie que vivent des ressortissants d’Afrique de l’Ouest, chacun a sa responsabilité. Si nos dirigeants avaient trouvé des voies et moyens de procurer de l’emploi aux jeunes, il est presque sûr qu’ils ne se seraient trouvés dans un marché en Libye où on les vend aux enchères. Si les jeunes Africains avaient compris que leur continent est le meilleur et qu’il suffit tout simplement d’avoir de l’audace et de la volonté pour briser les tabous et aller vers le progrès, ils ne se seraient pas trouvés dans un marché de vente d’êtres humains aux enchères. Si les parents de ces jeunes africains leur avaient expliqué et réussi à les convaincre que leur destin et leur bien-être se trouvait dans nos villes et campagnes africaines, ces jeunes ne se seraient pas retrouvés là où ils ont été pour être vendus aux enchères.

Ce n’est donc pas à ceux qui ont créé le marché, ni à ceux qui achètent encore moins à ceux qui vendent qu’il faut s’en prendre. C’est quand on crée l’opportunité, c’est quand on crée le marché qu’il y a des acheteurs.

En 2004, à une rencontre au sommet des chefs d’Etat sur le bassin du fleuve Niger, le président français à l’époque, Jacques Chirac soutenait que si dans les toutes prochaines années, l’Afrique et l’Occident ne faisaient rien pour occuper l’enthousiaste jeunesse africaine, les pays du Nord ne pourront pas contrôler les flux migratoires. Avait-il été entendu? Pas si sûr car ce qu’il n’avait pas voulu c’est ce qui arrive aujourd’hui.

En outre, si c’est en Libye qu’on vend des hommes noirs, cela ne devrait surprendre personne. La Libye a longtemps caché son vrai visage sous le régime de Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui qu’il n’est plus, la porte est grandement ouverte à toutes les dérives. Ce face à quoi, les organisations africaines des droits de l’homme et même communautaires ne devraient pas être insensibles. En termes faciles, les autorités libyennes doivent répondre de ce qui se passe dans leur pays.

Dénis Dafranius SANOU



195
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous dites de transcender les divergences politiques !

Prononçant son discours d'ouverture de la première session extraordinaire de l'année 2018 de l'Assemblée nationale ce lundi 16 juillet, le président Al...

18/07/2018

Tant qu’on parlera de commande publique...

Les Burkinabè, depuis longtemps (et c'est malheureux) ont tendance à croire que lorsqu'on parle de biens publics, ça n'appartient à personne. Autrement...

17/07/2018

Paul Biya n’a pas pitié de son pays, le Cameroun

Il a quatre-vingt-cinq ans. Au bord de la tombe. Il en a passés 36 au pouvoir. Soit 6 mandats sans discontinu. C'est lui, ce vieux croulant sous le poi...

16/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





06:13:55