Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


57ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : La nation reconnaissante à 940 combattants à Kosyam

07/12/2017
00:00

57èmeanniversaire de l’indépendance du Burkina: La nation reconnaissante à 940 combattants à Kosyam

Le palais présidentiel a abrité dans le cadre de la commémoration de la fête nationale du Burkina Faso célébrée le 11 décembre de chaque année, la cérémonie officielle de décoration le mardi 5 décembre 2017. 940 personnes décorées, elle a été présidée par le Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, Grand maître des Ordres burkinabè.

 

Chaque année, dans le cadre de la commémoration de la fête nationale du Burkina Faso, célébrée le 11 décembre, des fils et filles de la nation pour leur dévouement et abnégation au travail reçoivent des distinctions au palais présidentiel à Kosyam. Cette année au cours de la cérémonie de décoration, présidée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Grand maître des ordres burkinabè, 940 personnes ont été distinguées. Cérémonie sobre et pleine de sens, des parents et amis étaient présents afin de féliciter les récipiendaires. Cérémonial militaire suivie de décoration et les félicitations de tous les récipiendaires par le Président du Faso ont été les temps forts de la cérémonie, dans la soirée du mardi 5 décembre 2017 à Kosyam. Au niveau du Chevalier de l’Ordre national, 3 ont été élevés, à la dignité de grand officier, 45 commandeurs, et 100 officiers. Et pour le Chevalier de l’Ordre du mérite, 2 grands officiers, 7 commandeurs, 67 officiers et 458 Chevaliers. Les récipiendaires ont reçu leurs insignes des mains du grand chancelier des Ordres burkinabè, des membres du gouvernement, d’officiers supérieurs de l’armée et de présidents d’institutions.

 

Encadré

Lassané Sawadogo, directeur général de la CNSS, Commandeur de l’Ordre national

«C’est un sentiment de satisfaction, de reconnaissance et de remerciement vis-à-vis des autorités du Burkina Faso qui ont bien voulu me décerner cette distinction. Je dédie cette médaille à l’ensemble de mes collaborateurs grâce auxquels je réalise les missions qui me sont confiées, à ma famille et à toutes mes relations»

Antoine Atiou, gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Commandeur de l’Ordre national

«Je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu pour cette distinction que j’obtiens après 32 ans de service dans la fonction publique et témoigner ma reconnaissance à mes supérieurs hiérarchiques, au gouvernement du Burkina Faso et au Chef de l’Etat pour avoir reconnu ce que j’ai fait durant ces années de carrière. Je voudrais aussi témoigner ma reconnaissance à mes collaborateurs et à ma famille pour son soutien. Je m’engage à travailler davantage pour mériter cette distinction et être au service des populations que j’administre au niveau de la région des Hauts-Bassins. Je dédie cette distinction à mes collaborateurs surtout qui m’ont permis d’atteindre les résultats, ma famille qui m’a soutenu et à la nation entière».

Saran Sérémé, médiateur du Faso, Commandeur de l’Ordre national

«C’est un sentiment de joie et de reconnaissance aux plus hautes autorités du pays. Cette distinction m’interpelle à donner toujours le meilleur de moi-même, à m’engager et à me battre pour le pays. Chaque chose en son temps pour chaque personne. Je suis sûre que le mérite sera toujours reconnu. Qu’il y ait reconnaissance nationale ou pas, il faut se dire qu’on se bat pour la patrie. Je n’avais pas eu de mérite avant celui-là et cela ne m’a empêchée d’être engagée pour la patrie».

Jules TIENDREBEOGO



27
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous dites de transcender les divergences politiques !

Prononçant son discours d'ouverture de la première session extraordinaire de l'année 2018 de l'Assemblée nationale ce lundi 16 juillet, le président Al...

18/07/2018

Tant qu’on parlera de commande publique...

Les Burkinabè, depuis longtemps (et c'est malheureux) ont tendance à croire que lorsqu'on parle de biens publics, ça n'appartient à personne. Autrement...

17/07/2018

Paul Biya n’a pas pitié de son pays, le Cameroun

Il a quatre-vingt-cinq ans. Au bord de la tombe. Il en a passés 36 au pouvoir. Soit 6 mandats sans discontinu. C'est lui, ce vieux croulant sous le poi...

16/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





05:52:57