Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Laure Zongo, ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille : «Que cette année sème dans nos cœurs l’amour, la tolérance, le vivre ensemble… »

11/01/2018
00:00

A l’occasion du nouvel an, le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo, a présenté ses vœux au peuple burkinabè, dressé le bilan de sa gestion de l’année écoulée et décliné les perspectives pour l’année 2018.

 

« En cette nouvelle année, je souhaite à tout le peuple burkinabè en général et en particulier du public-cible du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, à savoir les enfants, les femmes, les personnes vivant avec un handicap, les personnes vulnérables, les personnes marginalisées, tous les vœux de bonheur, santé et prospérité. Je souhaite que cette nouvelle année soit une année d’espérance, de réalisation et d’accomplissement pour tous les citoyens burkinabè. Que cette année sème dans nos cœurs l’amour, la tolérance, le vivre ensemble pour que main dans la main nous puissions bâtir notre chère patrie. Je souhaite pour le ministère que cette année 2018 soit une année où réellement, nous allons pouvoir permettre à nos publics-cibles de se réaliser. Et pour cela, il faudra que tout citoyen burkinabè puisse accompagner les initiatives du gouvernement à travers mon ministère, pour nous permettre de mettre en œuvre et de faire un suivi de la politique gouvernementale en matière de promotion de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Que cette nouvelle année puisse semer dans nos cœurs cette «graine» de patriotisme et de solidarité les uns envers les autres. Je voudrais avoir une pensée particulière pour toutes les personnes qui d’une manière ou d’une autre, souffrent dans leur chair. Puisse l’année nouvelle être un nouvel horizon et espoir pour chacun de nous»

Plus de moyens afin de mieux relever les défis

«Au niveau de notre département ministériel, nous sommes à 72% de réalisation des activités que nous avons planifiées. Ces résultats sont satisfaisants, mais nous espérons faire mieux. Et c’est justement dans la recherche de la performance qu’au cours de notre Conseil d’administration des secteurs ministériels (CASEM), nous avons fait appel à un technicien du ministère des Finances pour venir s’entretenir avec nous sur le budget programme (le rôle et la responsabilité de tous les acteurs). L’année écoulée, le budget programme a été en vigueur et c’est l’instrument d’évaluation financière de l’Etat. Nous nous sommes prêtés à cet exercice afin de permettre à tous les collaborateurs de s’approprier du budget programme. Avec ces renforcements de capacité, nos réalisations seront encore plus performantes en 2018. J’en profite pour féliciter tous mes collaborateurs pour le don de soi, l’engagement, le travail qu’ils ont abattu malgré la modicité de nos moyens. Nous souhaitons donc avoir au cours de cette année 2018, un budget global d’un peu plus de 9 milliards de F CFA financé d’une part de 5 milliards et demi provenant de l’aide de l’Etat, un peu nous plus de 2 milliards par les partenaires techniques et financiers et un complément à rechercher par nous-mêmes. Et j’espère que les années à venir, pour vraiment nous permettre de réaliser les attentes du gouvernement. Son Excellence le Président du Faso nous a demandé de veiller à la solidarité. Donc, il nous faut des moyens pour pouvoir atteindre nos objectifs. Nous devons passer de 21% des femmes entrepreneurs à 50% de 2015 à 2020. Et il faut nécessairement des moyens pour accompagner cela».

Relever le défi en matière de protection et promotion de la femme

«Nous devons aussi relever le défi en matière de protection et promotion de la femme et de la famille. Nous avons des grands défis dans la promotion de la famille, dans la réduction de la vulnérabilité de nos familles, dans le travail à mener pour que les familles recomposées soient de plus en plus solidaires. En termes de prévisions, nous avons par exemple 1006 enfants à sauver des sites d’orpaillage, parce que la place des enfants n’y est pas. Et concernant les jeunes filles, nous avons un combat de longue haleine mais nous ne désespérons pas; un combat contre les mutilations génitales féminines, contre les mariages précoces, contre les grossesses indésirées en milieu scolaire. Donc, nous avons de grands chantiers et espérons qu’avec votre accompagnement, nous allons pouvoir informer, sensibiliser la population pour toutes nos actions qui vont dans le cadre de la promotion de nos publics-cibles. Nous avons également en cette année 2018, un projet que nous avons intitulé «une personne handicapée sur deux, une activité économique». C’est dire que les personnes handicapées sont nos publics cibles. Nous devrons cibler 8000 personnes handicapées à accompagner. L’année dernière, nous avons pu accompagner 100 personnes handicapées à la mise en œuvre des activités génératrices de revenus et 100 autres personnes handicapées pour la formation professionnelle».

Jules TIENDREBEOGO



109
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Côte d’Ivoire-Burkina, ne pas faire du TAC* une foire !

On espère que chacun n'est pas allé faire son Traité d'amitié et de coopération (TAC) à lui, à Yamoussoukro en Côte d'Ivoire! Mais, pour effectivement ...

27/07/2018

L’opposition vent-debout contre le pouvoir de Roch

L'opposition politique burkinabè, réunie au sein de la Chefferie de file de l'opposition politique (CFOP) ne manque aucune occasion pour fustiger la go...

26/07/2018

La Redevabilité, un exercice déliquat, mais indispensable

Hier mardi 24 juillet 2018, le maire de la commune de Bobo-Dioulasso a rendu compte à ses concitoyens et concitoyennes de la cité de Dafra de sa gestio...

25/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





12:08:03