Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Délestages, c’est la vision politique qui a manqué

13/03/2018
00:00

Ça y est! Les délestages sont de retour. Et les abonnés de la Société nationale burkinabè d’électricité devront faire avec. Jusqu’à la prochaine saison des pluies. D’ailleurs, ce n’est pas une nouveauté. Les abonnés le savent très bien qu’à chaque saison chaude, il faut trouver des solutions pour pallier au déficit en électricité. Dans une de nos récentes éditions, nous écrivions «que deux jours seulement de retour subite de la chaleur ont suffi pour le retour des délestages, notamment dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. La Société nationale burkinabè d’électricité a été obligée de pondre un communiqué pour tout simplement dire, sans doute malgré elle, que son problème, c’est un déficit de production. En français facile, la SONABEL nous dit qu’elle ne peut nous offrir plus d’électricité que ce qu’elle a. Exactement comme dit l’adage: la plus belle femme au monde ne peut donner que ce qu’elle a». C’est bien ce qu’a confirmé son Directeur général, François de Salle Ouédraogo, le 9 mars dernier au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou. Cette conférence de presse a immédiatement été suivie d’un programme de délestage adressé aux abonnés des villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso.

Ces délestages, disions-nous, nous sont imposés «malgré la bonne volonté et l’engagement du ministre de l’Energie, Bachir Ouédraogo qui a mis en place une cellule chargée de juguler les délestages. Parce que, parmi ses priorités à lui, figure en bonne place la lutte contre les délestages et leurs conséquences sur l’économie nationale et le vécu quotidien des Burkinabè».

Puis nous expliquions qu’en réalité, les délestages relèvent «beaucoup plus des questions structurelles que conjoncturelles. Autrement dit, ce sont les pouvoirs politiques qui ont malheureusement et très maladroitement travaillé à ce qu’il en soit ainsi. C’est une très bonne chose de connecter tous les chefs-lieux des départements et de nombreux villages burkinabè au réseau de la SONABEL afin de leur apporter de l’électricité. Qui, tout compte fait n’est plus un luxe, mais une nécessité. Mais, quelles mesures adéquates a-t-on prises pour assurer à ces départements et villages l’électricité en continue? Les villes de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou ont connu des extensions exponentielles sans précédent ces dix dernières années. On a créé des projets pour connecter les ménages au réseau SONABEL afin qu’ils bénéficient de l’électricité. Ce qui est une bonne chose également, mais quelles mesures a-t-on prises pour assurer à ces ménages la fourniture de l’électricité en continue?».

Les politiciens pour des raisons électoralistes, ont pris les bonnes décisions de faire en sorte que les Burkinabè aient accès à l’électricité. Malheureusement, ils n’ont pas pris les dispositions pour disponibiliser cette électricité. Si bien qu’aujourd’hui, tout le monde ne voit que la SONABEL. Qui, malgré sa bonne volonté, ne peut faire plus que ce qu’elle fait. Sinon, quandil y a délestage, quand il y a coupure d’électricité, ce sont des centaines de millions de FCFA que la société perd. Malheureusement, l’énergie solaire qui devait être la panacée, n’est pas accessible à tous, à cause du coût du matériel. Alors que le soleil brûle de mille feux nos têtes.

Dabaoué Audrianne KANI



49
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Kam, Gilbert, les Burkinabé veulent la vérité !

Le Général Gilbert Diendéré accuse l'avocat Hervé Kam d'avoir empoché la somme de 100 millions de FCFA sous la Transition parce que disait-il « nous on...

07/12/2018

François Compaoré va-t-il venir répondre ?

La justice française a tranché hier en début d'après-midi. En autorisant l'extradition de François Compaoré, cité dans l'affaire Norbert Zongo. C'est ...

06/12/2018

Ainsi, Blaise Compaoré ne serait pas parti du pouvoir

Entre la légalité et la légitimité, le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a du mal à choisir. Même si pour beaucoup d'observateurs le gouvernement inscri...

05/12/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:09:56