Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Mariage spécial : Des personnes âgées régularisent leurs situations

11/04/2018
00:00

La mairie de l’arrondissement n°6 a reçu le samedi 6 avril 2018 un couple dépassant largement la cinquantaine venu se dire oui devant Dieu et les hommes. La célébration était à son paroxysme.

 

Traoré Dona né le 1er janvier 1946 et Tibwala Martine Traoré née le 30 avril 1946 vivent en concubinage depuis plusieurs années. Dieu leur a fait grâce de deux enfants qui sont maintenant tous deux majeurs et travaillent déjà. Martine est commerçante et Dona sous le poids de l’âge, ne pouvant plus mener d’activités rémunératrices est obligé de rester à la maison. Le moyen de locomotion dont le couple dispose est un vélo. Sachant cela, le maire Hipolyte Sanou a mis à la disposition du couple un véhicule et un chauffeur qui est allé les chercher à leur domicile pour les conduire à la mairie. Il faut noter que le couple tenait à ce que le mariage soit célébré discrètement afin qu’il n’y ait aucun tapage. Mais le maire ne l’entendait pas de cette oreille-là. C’est ainsi qu’il a invité la presse, quelques autorités de la ville de Sya à l’exemple de Sékou Haïdara et un imam, pour être des témoins visuels de ce mariage. Car pour lui, la décision du couple est un geste honorable qu’il faut montrer à tout le monde à titre illustratif. Après vérification de l’identité du couple ainsi que de celui de leurs témoins, le maire est passé à la lecture des articles 292; 293; 294; 295; 296 du code des familles et des personnes. Tenant difficilement le micro, Dona Traoré est parvenu à dire le mot magique «oui je la veux» comme pour signifier qu’il lie sa vie à celle de Tibwala Martine Traoré maintenant et jusqu’à ce que la mort les sépare. La latitude a été donnée à notre couple de choisir le régime matrimonial souhaité. Des applaudissements se sont fait entendre lorsque le couple Traoré a dit monogamie, bien commun. Le maire et son personnel ont offert un tableau du couple peint comme cadeau de mariage. Dona Traoré invite les jeunes à prendre le bon chemin, à s’engager vraiment lorsqu’on pense avoir trouvé la femme idéale. Quant au maire Hipolyte Sanou, il souhaite qu’avant la fin de son mandat, les couples vivant en concubinage puissent régulariser leurs situations afin d’être reconnus aux yeux de la loi.

Regina Denise KAMBOU/Stagiaire



28
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous dites de transcender les divergences politiques !

Prononçant son discours d'ouverture de la première session extraordinaire de l'année 2018 de l'Assemblée nationale ce lundi 16 juillet, le président Al...

18/07/2018

Tant qu’on parlera de commande publique...

Les Burkinabè, depuis longtemps (et c'est malheureux) ont tendance à croire que lorsqu'on parle de biens publics, ça n'appartient à personne. Autrement...

17/07/2018

Paul Biya n’a pas pitié de son pays, le Cameroun

Il a quatre-vingt-cinq ans. Au bord de la tombe. Il en a passés 36 au pouvoir. Soit 6 mandats sans discontinu. C'est lui, ce vieux croulant sous le poi...

16/07/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





05:58:52