Vie du journal : Des confrères à L’Express du Faso

27/06/2018
00:00

Le quotidien d’information L’Express du Faso a reçu hier mardi 26 juin, 2018 la visite d’une délégation de journalistes.

C’est le Directeur de publication du Journal L’Express du Faso, Mountamou Kani, qui a reçu la délégation de journalistes. Qui était pilotée par le président de la Société des éditeurs de presse privée (SEPP), Boureima Ouédraogo. Présente à Bobo-Dioulasso dans le cadre du procèsdu juge Daboné contre le journal Mutations, la Société des éditeurs de presse privée (SEPP) a saisi l’occasion pour rendre visite à L’Express du Faso. Et c’est pour présenter ses condoléances que la SEPP, accompagnée de l’Association des journalistes du Burkina (AJIB) et du Syndicat national des travailleurs de l’information et de la communication (SYNATIC) ont rencontré leurs confrères de L’Express du Faso. Car, il faut le rappeler, le journal a perdu son directeur de publication, Jacques Bama, le 10 janvier dernier, des suites d’une courte maladie. Ainsi, la délégation, par cette visite, a réitéré son soutien et sa compassion à leurs confrères dans cette épreuve. Cette rencontre a également été l’occasion pour la délégation et leurs confrères de L’Express du Faso, de se remémorer des instants et moments passés au côté du regretté Jacques Bama par des souvenirs agréables. Et aussi, de discuter sur l’environnement des médias privées au Burkina Faso.

Fatimata BELEM



255
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Les frondeurs du CDP reviennent à la charge

Décidément, les frondeurs (si on peut les appeler ainsi) du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) ne démordent pas. Après avoir eu gain de cau...

20/09/2019

Police nationale, il y a quelque chose qui ne va pas

Les signes, depuis longtemps et particulièrement ces derniers temps, au sein de la police nationale, montrent qu'au sein de la troupe, il y a des pr...

19/09/2019

On a marché puis on s’est fouetté : maintenant on fait quoi ?

La police a réprimé la marche de l'Unité d'action populaire parce que le gouvernement a estimé qu'elle était illégale car ne remplissant pas les 15 jou...

18/09/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





23:40:33