Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Moustiques génétiquement modifiés : Inquiétudes du Collectif citoyen pour l’agro-écologie

23/07/2018
00:00

Le Collectif citoyen pour l’agro-écologie (CCAE) a animé une conférence publique au CESAO de Bobo-Dioulasso. Objectif? Partager avec l’opinion publique ses inquiétudes face au probable lâchage de moustiques génétiquement modifiés dans certains villages du pourtour de Bobo.

 

Dans le cadre de la lutte contre le paludisme, plusieurs pistes sont explorées. Dans cette dynamique, le Burkina Faso, à travers l’Institut de recherches en sciences de la santé (IRSS) s’est engagé dans le projet Target malaria. C’est un vaste consortium à but non-lucratif, formé d’experts de différents domaines dispersés à travers le monde et dans lequel trois pays africains, le Burkina Faso, le Mali et l’Ouganda, sont engagés. Le projet Target malaria vise à modifier génétiquement les moustiques vecteurs du paludisme, pour les rendre stériles, afin de réduire la transmission de la maladie. A cet effet, au Burkina Faso, il dispose d’un insectarium de confinement à Bobo-Dioulasso. En 2016 il a reçu, sous forme d’œufs, des moustiques génétiquement modifiés mâles stériles en provenance d’Italie, avec l’accord de l’Agence nationale de biosécurité (ANB). Depuis, le projet Target malaria a fait du chemin. Et a introduit un dossier auprès de l’ANB pour lâcher à petite échelle dans deux villages non-loin de Bobo-Dioulasso, les moustiques génétiquement modifiés qu’il a produits à partir des œufs importés.

Ce que ne veut pas le Collectif citoyen pour l’agro-écologie. Les messages sur les banderoles l’expriment clairement. On pouvait y lire: «Le Burkina Faso n’est un pays cobaye!

Les moustiques génétiquement modifiés, danger pour les populations!

Bill Gates, ta charité toxique on n’en veut pas!

La recherche au service des populations et non pour les multinationales!

NON aux moustiques génétiquement modifiés!»

Parce que de nombreuses interrogations restent sans réponse. L’on retient entre autres:

En modifiant le génome de ces moustiques, ne vont-ils pas développer des capacités à transmettre d’autres maladies qu’ils ne transmettent pas en leur état actuel? Ne vont-ils pas transmettre d’autres formes de paludisme plus sévères? Le Burkina Faso dispose-t-il d’un laboratoire de biotechnologie capable de faire les analyses en cas de difficultés pour répondre rapidement? Les chercheurs burkinabè étaient-ils présents à l’inoculation des gènes stérilisants en Italie? Maîtrise-t-on au Burkina Faso le forçage de modification du gène biologique? Les moustiques génétiquement modifiés sont-ils la seule solution pour l’éradication du paludisme? Quels impacts sur la chaîne alimentaire? Par quel autre insecte le vide laissé par la disparition à terme des moustiques sera comblé? Pourquoi consacrer autant d’argent (35 milliards FCFA pour les 3 pays africains) à ce projet plutôt que d’investir dans des solutions endogènes comme les mesures d’hygiène et d’assainissement? Quelles sont les véritables visées de Bill Gates à travers ce financement?

Et Ali Tapsoba, le porte-parole du Collectif, de faire remarquer que les pays voisins du Burkina Faso s’inquiètent de l’engagement du pays des hommes intègres sur cette voie. Puisque les moustiques n’ont besoin ni de visa, ni d’aucune autre autorisation pour franchir les frontières. Il s’interroge de savoir pourquoi les deux autres pays africains impliqués «traînent des pieds?».

A la question de savoir si le CCAE entretient le dialogue avec les responsables du projet, la réponse est, oui. «Au début du projet, le Collectif a été associé aux échanges, mais il s’est retiré quand il a vu quelle direction prenait le projet», reconnaissent les animateurs de la conférence. Mais le dialogue n’est pas rompu. Cela étant, le Collectif n’est pas contre le projet, mais il veut des réponses claires, précises et rassurantes. Ce qui n’est pas le cas pour l’instant. Alors, il prône l’observation du principe de précaution.

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr



93
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous recherchez des terroristes à travers une liste ?

A quoi répond cette liste de 247 "terroristes” recherchés par la Sécurité? Le ministère de la Sécurité a publié hier lundi 18 mars 2019 sur sa page fac...

19/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:00:21