Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


L’opposition vent-debout contre le pouvoir de Roch

26/07/2018
00:00

L’opposition politique burkinabè, réunie au sein de la Chefferie de file de l’opposition politique (CFOP) ne manque aucune occasion pour fustiger la gouvernance du pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré. En plus des conférences de presse hebdomadaires qu’elle organise tous les mardis, elle semble avoir mis en place, une stratégie de communication, sur les court, moyen et long termes pour non seulement rendre visibles ses activités, mais surtout dénoncer ce qu’elle considère comme les tares du pouvoir. Ce qui est tout logique car qu’on veut le pouvoir, on va le chercher en usant de tous les moyens légaux qui sont en sa possession.

Aussi, en dehors du cadre du CFOP, chaque parti politique qui en est membre, est libre d’organiser ses activités de conquête du pouvoir. Mais, tout cela semble si bien organisé qu’on a l’impression effectivement que l’opposition est bien en ordre de bataille pour la conquête du pouvoir en 2020. Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition ne s’en cache plus. Au cours du congrès de son parti les 21 et 22 juillet derniers, il n’a pas manqué de décocher des flèches bien empoisonnées à l’endroit du pouvoir et de tous ceux qui gravitent autour. Annonçant en passant que le vrai changement, c’est pour 2020. Car, il reste convaincu que le changement tant espéré qui a conduit à l’insurrection populaire n’est pas arrivé. Pour cela, Zéphirin n’exclut aucune alliance, aucune coalition ou encore aucun deal politique. Pourvu qu’il soit dans et avec l’opposition.

Comme si cela ne suffisait, le lendemain (mardi 24 juillet 2018) alors que le gouvernement était en Conseil des ministres, des membres de l’opposition se retrouvent au siège du CFOP en conférence presse pour lui demander de faire le point de la situation sur le Partenariat public privé qui avait créé tant la polémique et fait tant de bruit en juillet 2017 au sein de la classe politique, mais aussi au sein des Burkinabè tout court. Autrement dit, un an après, l’opposition demande de rendre compte aux Burkinabè. C’est à croire qu’elle ne veut laisser aucun répit au gouvernement dont elle suit les activités pratiquement au quotidien.

Ce qui, dans la marche d’une démocratie est une bonne chose si elle se passe dans le respect des règles du jeu. Jusqu’à présent, tout le monde semble l’avoir compris ainsi. Aussi, le pouvoir est-il en train de pousser le gouvernement à plus d’actions pour trouver des solutions aux préoccupations des Burkinabè! Apparaissant ainsi, aux yeux de certains observateurs de la scène politique nationale, comme conseiller sans le vouloir, des acteurs au pouvoir.

Si cela est compris de ce côté comme cela, ça ne devrait pas poser de problèmes. Car, l’opposition n’est pas forcément là pour emmerder le pouvoir et l’empêcher par tous les moyens de dérouler le programme pour lequel, le président de la majorité a été élu. Elle ne servirait pas les intérêts des populations si tel devait être le cas. Dans une communauté qui a choisi librement ses représentants et/ou dirigeants, chacun arrive, fait ce qu’il peut et laisse la place à un autre.

Dabaoué Audrianne KANI



74
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Filière cotonnière, maintenant allons au champ

Les bonnes nouvelles qu'on attendait du côté de l'Association interprofessionnelle de coton du Burkina (AICB) sont tombées. Le prix du kilogramme du co...

16/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





16:15:18