Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Chambre de commerce : Bobo-Dioulasso aura sa Zone d’activités diverses

28/11/2018
00:00

Les activités commerciales dans la ville de Bobo-Dioulasso et sa région vont s’intensifier très prochainement. Car, le bureau consulaire régional de la Chambre de commerce et d’industrie, dirigée par Lancine Diawara y travaille. Par des actes concrets.

 

L’information a été donnée le samedi 25 août au cours d’une rencontre entre jeunes opérateurs économiques et commerçants du Burkina, réunis dans une association et le président de la Délégation régionale consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie de Bobo, Lancine Diawara. Bobo-Dioulasso disposera de sa Zone d’activités diverses (ZAD) à l’image de Ouagadougou. Et ce, dans le but de booster davantage l’activité commerciale. Car, pour le président de la Chambre de commerce, Bobo-Dioulasso a toujours été un carrefour d’activités commerciales. Aussi, le bureau qu’il conduit s’est engagé à travailler pour que Bobo-Dioulasso redevienne ce carrefour à partir duquel, les pays de «l’hinterland» viennent passer ou s’approvisionner.Cela ne peut être une réalité si les conditions ne sont pas créées.

De même, à en croire le président de la Chambre de commerce, les travaux d’extension de la gare routière internationale de Bobo-Dioulasso seront lancés dans les deux prochains mois. C’est un engagement pris par le bureau qu’il dirige et qu’il faut respecter. Contrairement à ce que certains voudraient faire croire, les activités au niveau de ce port-sec (gare routière internationale) connaissent une nette progression. C’est ainsi qu’on peut faire remarquer, avec le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Bobo, que d’environ 300 tonnes il y a cinq ans, les activités au port-sec de Bobo-Dioulasso sont passées à plus de 13000 tonnes par an. Ce qui nécessite la construction d’infrastructures supplémentaires. Ces infrastructures sont évaluées à environ 11 milliards de FCFA et seront réalisées sur le terrain du port-sec, à côté de la cimenterie Cimasso.

Arrivés à la tête de la délégation consulaire régionale de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina en novembre 2016, Lancine Diawara et son équipe s’attèlent à mettre en œuvre leur programme. Dont l’un des axes principaux est le renforcement des capacités des acteurs du commerce et de l’industrie mais aussi, l’accroissement de l’activité commerciale dans la ville.

Seri Aymard BOGNINI



98
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





21:02:48