Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Importances et places des valeurs africaines : « L’Afrique ne pourra se développer en dehors de ses valeurs ancestrales » dixit Professeur Babou Niang, chercheur africain

30/08/2018
00:00

Présent au Burkina depuis la fin du mois de Juillet, le Professeur Babou Niang, chercheur africain et expert international des valeurs africaines, est à Bobo-Dioulasso depuis un certain temps. Décoré et promu citoyen d’honneur de la cité de Dafra par les autorités communales, il nous a accordé un entretien sur les valeurs africaines. Il donne ici l’origine de certaines valeurs, leur importance et met surtout en garde contre les conséquences du délaissement desdites valeurs.

 

Professeur, vu l’immensité de votre maîtrise des valeurs africaines, il y a des gens qui disent que vous êtes «marabout», d’autres disent que vous êtes «guérisseur»… Qui est au juste le Professeur Babou Niang?

Bon, vous savez, tout s’apprend! J’ai fait des études secondaires, j’ai eu la chance également de faire des études supérieures. Mais malheureusement, je n’ai pu les terminer. Après cela, j’ai suivi des cours coraniques et devenu pieux musulman convaincu, j’ai «descendu» le Coran 7 fois; c’est après tout cela que j’ai eu la chance de m’inscrire dans une Maison de magie, qu’est l’institut des soixante-dix-sept secrets de la magie noire de Bombay d’où je suis sorti 2ème sur 1632 candidats. Donc je peux dire que je suis chercheur africain, je suis détenteur de secrets. Les gens qui disent que je suis marabout, n’ont pas tort. Ceux qui disent que je suis guérisseur, n’ont aussi pas tort. Car j’ai fait beaucoup de recherches sur les plantes médicinales.

 

L’expert international des valeurs africaines que vous êtes, a préféré opter pour la promotion desdites valeurs au lieu d’en faire une activité commerciale. Pourquoi cette option professeur?

Vous savez, il est temps que les africains se réveillent. Nous sommes au 21ème siècle, malheureusement l’Afrique continue de «dormir». Vous pensez que c’est pour zéro qu’on dit que l’Afrique est le berceau de l’humanité? Moi je suis fier d’être africain. Je ne suis pas complexé devant le Blanc. Je remercie le bon Dieu de m’avoir donné cette peau noire. Retenez que 90% des envoyés de Dieu sont des nègres. Parmi les 313 prophètes de Dieu, 90% ont la peau noire. Alors, je dis qu’il est temps que les africains se réveillent, que les détenteurs de pouvoirs se donnent la main, afin que cette connaissance africaine puisse servir, voire être au rendez-vous du troisième millénaire. Vous savez, beaucoup de secrets proviennent de l’Afrique. Ce sont ces secrets que les occidentaux ont pris dans l’ancien Tombouctou, dans les Pyramides en Egypte. Ils reviennent après nous dire que ces mêmes secrets ne sont pas bons, qu’il faut abandonner car c’est sorcier. Oubliant que, ce sont les mêmes qu’ils ont valorisé pour venir nous vendre. A l’époque, il n’y avait pas un développement de communication entre nos savants, c’est pourquoi beaucoup sont morts avec leurs savoirs. Aujourd’hui, professeur Babou a choisi de démystifier en expliquant le côté faux. Mais ce qui est positif, travaillons ça pour le mettre au profit de l’Afrique. C’est pourquoi, nous avons créé l’Africa-Magie internationale et notre devis, c’est «La connaissance au service du peuple».

 

Face à la démission africaine, accentuée par le pillage des valeurs au profit de l’Occident, avez-vous confiance quant à l’avenir des valeurs africaines?

Si je n’avais pas confiance en l’avenir des valeurs africaines, je ne serai pas là, pendant plus de 30 ans, en train d’œuvrer à la vulgarisation des mêmes valeurs. J’ai fait 63 pays au monde, pour des conférences, afin d’expliquer la valeur des pouvoirs africains. Vous savez, quand je partais en Inde, on parlait de la magie Africaine, la magie Blanche…la magie noire était attribuée aux africains. J’ai démontré le contraire. Tout ce qui est noir, est l’incarnation du mauvais selon eux. Je dis que c’est faux! Malheureusement nos autorités jusqu’au haut niveau sont complexées. Vous partez en Europe, s’il y a la mort, nous le monde s’habille en noir. Ici chez nous en Afrique, le corbillard est représenté par le noir. Le Noir est donc symbole du mauvais, je dis non! Il est temps qu’on se réveille et j’ai confiance qu’un jour ça va positivement changer. La jeunesse africaine commence à se réveiller, les autorités aussi. Mais il y a toujours cette complexité. En Inde, j’ai reconnu que la magie noire est purement satanique, mais ce n’est pour autant qu’elle est africaine! C’est depuis le temps des Nabi layes Moïse, Abraham et du roi Souleymane, depuis le temps du prophète Mohamed (SAW) qui a trouvé des fétiches dans la Kaaba, que remonte la magie noire. Mais qui ne peut pas être attribué aux africains. Ils m’ont demandé ce qu’était la connaissance africaine? Comme réponse, j’ai dit que la magie africaine est basée sur la connaissance des plantes et des animaux. Chaque animal que vous voyez dans la nature a un secret. Nos ancêtres qui ont eu la chance de pouvoir communiquer avec les animaux, d’imiter ce que font les animaux, d’interpréter leurs mouvements leur ont permis de créer ce qu’on appelle la «magie rouge». Par exemple, si vous mettez un caméléon ici, tout de suite il va prendre la couleur de votre chemise. C’est ce qu’on appelle le secret de la photocopie dans la magie rouge. Vous prenez un hérisson, vous le couvrez avec un récipient, demain vous n’allez pas trouver l’animal. Il a disparu. Comment? Miraculeusement! Nos ancêtres ont pu poser de grands actes avec ces secrets au nom de la magie rouge. Un autre exemple. Tout de suite, si quelqu’un fait un accident et qu’il a une fracture, la médecine moderne place le bout des os et immobilise la fracture par un plâtre pour que l’os soit soudé au bout d’un mois voire plus. Mais nos ancêtres ont eu le secret des os par un boa, ils prononcent des paroles, des incantations qui proviennent des profondeurs du cœur. «Koun faya koun» (forcément); en 72 heures l’os est reconstitué. Ces valeurs existent de nos jours et elles ne doivent disparaître en aucun cas.

 

Vous venez de donner des exemples pour confirmer les valeurs africaines. Au nom du modernisme et des religions révélées, des Africains prennent ces mêmes valeurs comme des «sornettes». Que dites-vous à ces derniers?

J’ai dit au début de cet entretien que je suis musulman. Le Prophète Mohamed (SAW) a écrit dans ses «hadits» que la connaissance provient de Dieu et il la donne à qui il veut. Il n’y a pas une question de sexe encore moins d’âge. Le même prophète a dit de chercher la connaissance, même si elle en Chine, il faut aller la chercher. Et moi professeur Babou, chef suprême de la magie africaine, je définis cette connaissance comme un escalier. Toute ta vie, tu pourras chercher la connaissance, mais jamais tu ne pourras l’atteindre. Là où ta force va se limiter, ta connaissance va s’y limiter. Mais dis-toi que la connaissance est au-dessus de toi. Dieu tout puissant est au-dessus de la connaissance. Les Africains complexés devant les Européens peuvent qualifier ces valeurs d’être «des histoires». Vous savez, être intellectuel et connaitre quelque chose sont deux choses diamétralement opposées. Tu peux être intellectuel, mais très limité en connaissance. On a eu des chefs d’Etat qui n’avaient pas fait de longues études, mais qui ont beaucoup marqué le monde par leurs actions. Je prends l’exemple sur Ahmed Sékou Touré de la Guinée, qui n’avait que le niveau de la classe du CM2, mais le français qu’il sortait de sa bouche était de qualité! Nous avons les cas de Kwamé N’kruma, Modibo Keita…Ces personnes qui sabotent les valeurs africaines, qu’elles sachent que, le tronc d’arbre à beau durer dans le fond de l’eau, il ne deviendra jamais crocodile. Que ces personnes-là soient fières d’être des Africains. On ne choisit pas sa peau, c’est Dieu qui sait pourquoi il nous crée Noir et on ne peut que l’en remercier. J’invite les Africains égarés à regarder dans le rétroviseur. Malgré nos docteurs, nos ingénieur ou je ne sais quoi d’autre qu’on an cela n’a pas pu évider les nombreuses maladies de nous ravager. Il y a des maladies comme le diabète, le tétanos, les maladies rénales tumeur de vessie…l’Afrique n’en connaissait pas à l’époque pourtant elles existaient. C’est parce qu’elle était liée à sa culture, c’est pourquoi elle n’en connaissait pas. Les religions révélées sont venues trouver Dieu en Afrique. Si tu abandonnes ta culture, dis-toi que tu vas disparaître un jour. Le président Chinois s’appelle Xi Jinping. Mais c’est quel nom ça? Mais c’est un chrétien qui croit en son Dieu, sans sous-estimer sa culture! Mais pourquoi toi Burkinabè, tu t’appelles «Koom», c’est-à-dire l’eau, tu vas changer ton nom pour dire Patrice ou Jacques au détriment de ta culture? C’est quel nom ça? Le combat du professeur est qu’on puisse revenir à la source.

 

Revenir à la source est la raison qui vous a fait créer une école de la magie. Peut-on en savoir davantage sur cette école, Professeur?

Pour le moment, ce n’est pas une école matérialisée. C’est pourquoi on fait les grandes conférences pour expliquer, sensibiliser et démystifier le côté faux. Les personnes de bonne volonté qui peuvent nous aider, qu’elles n’hésitent pas! Car c’est la raison qui nous a fait créer l’Africa-magie-moderne internationale. Le Burkina Faso a eu sa section, nous avons même déjà reçu le récépissé. Cette école est ouverte à tous ceux qui se soucient de la sauvegarde des valeurs africaines. Il y a des sections en Guinée, au Sénégal, au Mali, et un peu partout en Afrique. Cette école est ouverte à tous les africains qui savent que ce continent ne peut se développer en dehors de ses valeurs. Retournons à nos valeurs!

 

Quel sentiment anime le Professeur, de voir ces milliers de personnes qui viennent le consulter pour des problèmes et qui repartent soulagés?

Un sentiment de fierté, surtout de savoir que le mensonge à beau courir, même si c’est mille ans, un jour, la vérité finit par la rattraper. Cela fait bientôt 33 ans que s’exerce ce métier. Dans mon pays j’ai fait beaucoup de conférences, pendant que les gens sabotaient mon travail, beaucoup n’étaient pas d’accord! Aujourd’hui tout le monde me donne raison. Donc «la vérité a rattrapé le mensonge». Depuis le haut niveau des peuples jusqu’au bas de l’échelle, tout le monde reconnait qu’il y a une part de vérité dans ce que je fais. Retenez qu’on ne peut pas tromper tout le monde tous les temps. C’est vraiment une fierté de savoir que les Africains ont compris que ses valeurs sont incontournables pour leur développement. Donc moi, Professeur Babou je suis très fier d’être Africain, très fier de savoir que partout où je vais, ce sont des milliers de personnes qui me sollicitent pour des consultations diverses. Mais pourquoi ne pas créer beaucoup de Professeurs Babou Niang, pendant qu’il est en vie? Ne le laissez pas mourir pour dire après qu’on avait un Professeur qui faisait des miracles. Mon combat aujourd’hui, c’est de pouvoir former des «Professeurs Babou» avant que Dieu ne me rappelle à lui.

Entretien réalisé

Par Souro DAO



92
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:43:36