Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Yumanli Lompo, président du PNDS : « … C’est le droit de la majorité de se chatouiller pour rire… »

06/12/2018
00:00

Le Chef de file de l’opposition burkinabè a tenu son traditionnel point de presse le 4 novembre 2018. Quatre points étaient à l’ordre du jour, il s’agit de la marche meeting de la Coalition contre la vie chère (CCVC), le rapport de l’Autorité supérieur de contrôle d’état et de la lutte contre la corruption (ASCE/LC) et la déclaration faite par la Majorité présidentielle à l’occasion de l’an III du pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré.

Selon les conférenciers du jour, Yumanli Lompo, président du PNDS et Amadou Diemdioda Dicko, 4ème vice-président de l’UPC, la situation sécuritaire du Burkina Faso ne pose pas principalement un problème de troupes mais plutôt celui de la gouvernance. Pour ce faire, il appartient aux gouvernants de changer leur «manière de faire». Pour ce qui est de la marche meeting de la Coalition contre la vie chère (CCVC) notamment contre la hausse du prix des hydrocarbures, l’opposition politique burkinabè a tenu à remercier les initiateurs pour de telles nobles luttes. Car selon elle, cette initiative était juste et légitime. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le CFOP a envoyé une forte délégation et appelé ses militants à y prendre part. En ce qui concerne le rapport de l’Autorité supérieure de contrôle d’état et de la lutte contre la corruption (ASCE/LC) qui a concerné la présidence du Faso, le président du PNDS, Yumanli Lompoa indiqué qu’il en est ressorti de graves irrégularités. Toujours selon lui, le président de l’ASCE/LC, Luc Marius Ibriga a indiqué qu’en termes d’irrégularités commises dans la gestion corrobore la perception d’une augmentation des pratiques de corruption au Burkina entre 2016 et 2017. Toute chose qui avait auparavant été dénoncée par le CFOP, selon Amadou Diemdioda Dicko, 4èmevice-président de l’UPC. «Cette corruption s’est aggravée dans notre pays depuis l’avènement du MPP au pouvoir. Cette corruption a atteint un stade critique avec le vote de la loi sur les PPP et le gré-à-gré, qui permet aux caciques du pouvoir en place de se distribuer des marchés à hauteurs de milliards de francs, tout en léguant de grosses dettes aux futures générations» dit-il. Puis de renchérir «quand un Gouvernement appelle les citoyens à serrer la ceinture et à faire des sacrifices; il doit donner l’exemple par la bonne gestion et la diminution de son train de vie. Malheureusement c’est à croire que dans le gouvernement actuel fourmille de ministres plus préoccupés de leurs conforts personnels que du développement durable du pays». Concernant les trois ans du pouvoir MPP, qui selon l’APMP est «largement positif», l’opposition politique estime que c’est du droit de la majorité présidentielle de «se chatouiller pour rire». Mais ce qui est déplorable selon elle, c’est la tendance de cette majorité à chercher des responsables à leurs échecs cuisants!

Aïcha TRAORE



4
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Kam, Gilbert, les Burkinabé veulent la vérité !

Le Général Gilbert Diendéré accuse l'avocat Hervé Kam d'avoir empoché la somme de 100 millions de FCFA sous la Transition parce que disait-il « nous on...

07/12/2018

François Compaoré va-t-il venir répondre ?

La justice française a tranché hier en début d'après-midi. En autorisant l'extradition de François Compaoré, cité dans l'affaire Norbert Zongo. C'est ...

06/12/2018

Ainsi, Blaise Compaoré ne serait pas parti du pouvoir

Entre la légalité et la légitimité, le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a du mal à choisir. Même si pour beaucoup d'observateurs le gouvernement inscri...

05/12/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:08:21