Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Kam, Gilbert, les Burkinabé veulent la vérité !

07/12/2018
00:00

Le Général Gilbert Diendéré accuse l’avocat Hervé Kam d’avoir empoché la somme de 100 millions de FCFA sous la Transition parce que disait-il « nous on veut manger ». C’est pourquoi, Gilbert est allé plus loin en doutant de la qualité de l’homme en robe noire à défendre les intérêts des parties civiles. En substance, Gilbert Diendéré n’arrive pas à faire la différence entre l’avocat défenseur des droits des victimes et le militant du Balai citoyen ayant activement pris part aux événements que le pays a connus, de l’insurrection à la résistance contre le coup d’Etat. Si bien que pour Diendéré, Hervé Kam devrait se retrouver sur le banc des accusés, tout au moins sur celui des témoins. De son côté, Maître Hervé Kam en réponse, estime qu’il comprend à présent pourquoi Blaise Compaoré n’a pas vu venir l’insurrection. Pour lui, un Général de brigade qui a servi le pays pendant une quarantaine d’années et sur qui reposait pratiquement tout le système de renseignement du pays et même de l’Afrique de l’Ouest ne doit pas tenir des propos tout aussi gratuits qu’erronés.

Les Burkinabè, faut-il encore le dire n’ont pas besoin de tout cela; ils n’ont pas besoin de contradictions à l’issue desquelles ils ne savent qui dit la vérité et qui, ment. Gilbert, dit-on, pour se donner raison, s’accroche à toutes les branches. Il semble que c’est ainsi que ça se passe par devant les tribunaux. De son côté, Maître Hervé Kam use de son droit de réplique pour se blanchir. Là aussi sans aucun élément de preuve. C’est parole contre parole. Creusant davantage le fossé entre les « pour » et les « contre ». Quel dommage, alors que les Burkinabè dans ce procès, voudraient savoir la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Malheureusement, pour l’instant, on se rend compte que cette volonté aura de la peine à être satisfaite. Par exemple, à en croire les déclarations de tous ceux qui sont passés à la barre, le coup d’Etat qu’ils ne reconnaissent pas n’appartient à personne. Puisqu’il n’a ni été commandité, planifié et exécuté par celui qu’on a jusque-là, considéré comme «le cerveau», à savoir, Gilbert Diendéré.

En effet, si l’objectif de ce procès, comme ceux qui l’ont précédé et de ceux qui vont suivre est de connaître la vérité, on a l’impression qu’à l’étape actuelle on est encore loin du compte. Que cherche-t-on donc à bon escient ? La vérité, le bidonnage, le mensonge, la contre-vérité, la falsification de l’histoire ?…

Ce qui est évident (que les uns et les autres se le tiennent pour dit), on ne peut diriger un pays sur du mensonge ou la ruse. Car il s’agit de l’avenir de toute une communauté de gens qui ont choisi de vivre ensemble. Conscients de leurs droits et de leurs devoirs. Qu’on ne peut, tout le temps leur cacher.

L’actualité actuelle en France avec les manifestations des Gilets jaunes, en est une illustration parfaite!!

Dabaoué Audrianne KANI



5
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Kam, Gilbert, les Burkinabé veulent la vérité !

Le Général Gilbert Diendéré accuse l'avocat Hervé Kam d'avoir empoché la somme de 100 millions de FCFA sous la Transition parce que disait-il « nous on...

07/12/2018

François Compaoré va-t-il venir répondre ?

La justice française a tranché hier en début d'après-midi. En autorisant l'extradition de François Compaoré, cité dans l'affaire Norbert Zongo. C'est ...

06/12/2018

Ainsi, Blaise Compaoré ne serait pas parti du pouvoir

Entre la légalité et la légitimité, le gouvernement de Paul Kaba Thiéba a du mal à choisir. Même si pour beaucoup d'observateurs le gouvernement inscri...

05/12/2018

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





11:08:08