Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Le renouveau démocratique pour vous, c’est maintenant !

19/12/2018
00:00

La justice a tranché! Les députés démissionnaires du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC) qui avaient créé le groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement/Renouveau démocratique (UPC/RD) ne peuvent plus utiliser le seul signe (ou sigle) qui leur reste comme patrimoine de « leur parti ». Ainsi en a décidé la justice. Amputés du sigle « UPC », ils ont décidé de garder, malgré eux le « RD ».

En effet, les 13 députés qui ont vu venir, sauront certainement prendre la mesure qui convient s’ils veulent continuer à se revendiquer de l’UPC qui, de plus en plus, est en train de s’éloigner d’eux. D’abord, après leur démission du groupe parlementaire, Zéphirin Diabré et les membres du bureau exécutif du parti ont pris les mesures de remplacer à la base tous ceux qui y occupaient des responsabilités quelconques. Ensuite, au dernier congrès de leur parti, ils ont brillé par leur absence, évoquant des mesures de sécurité. Autrement dit, sachant le coup dur qu’ils ont eux-mêmes porté au parti dont ils se réclament, ils ont eu peur de se présenter à ces assises combien importantes pour un parti politique. Il ne leur restait plus que le sigle du parti à l’Assemblée nationale. Et voilà que le juge décide en faveur du parti!

Iront-ils finalement «voir ailleurs», ou vont-ils créer un parti politique ? Ce qui est sûr, Zéphirin Diabré et les siens ont pris soin de baliser la base. Ceux qui, parmi eux ont des bases solides devront désormais le prouver. À moins de choisir de rester de simples militants à la base. Là aussi, sur le plan éthique, ils doivent se reprocher quelque chose. Heureusement qu’en politique, l’éthique véritable n’existe pas!? (sic!).

Évidemment, si les députés démissionnaires avaient pris leurs responsabilités jusqu’au bout, en quittant carrément le navire UPC, on n’en serait pas. Malheureusement, pour continuer à garder leurs titres de députés et de jouir de tous avantages y afférents, ils ne veulent pas franchir ce pas. Comme quoi, une fois de plus, en politique, les intérêts personnels priment sur la décence, l’honneur et le combat pour les autres. Dépouillés donc de tout ce qui a trait à l’UPC dont ils continuent de se réclamer, les 13 députés ne vont pas lâcher prise. Ce qui est sûr, l’UPC fait désormais sans eux.

Et pourtant, le Renouveau démocratique dont ils pensent être les chantres, c’est maintenant! Pour les élections de 2020, les partis politiques sont en train de se déterminer avec ceux qui les représenteront. Comme on le sait, les derniers venus occupent toujours les dernières places. Même s’ils arrivent avec des milliers de militants.

Dabaoué Audrianne KANI



30
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous recherchez des terroristes à travers une liste ?

A quoi répond cette liste de 247 "terroristes” recherchés par la Sécurité? Le ministère de la Sécurité a publié hier lundi 18 mars 2019 sur sa page fac...

19/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:02:07