Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Djibril Bassolet de retour à la barre : « Avec mes avocats, nous contestons la fiabilité des écoutes »

08/01/2019
00:00

Après les congés des fêtes de fin d’année, le procès du putsch manqué du 16 septembre 2015, a repris son cours normal. Et ce lundi 07 janvier 2019, c’est le Général de brigade Djibril Bassolet, qui est toujours à la barre. Accusé de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, de coup et blessures, meurtres et de trahison, le Général Bassolet a répondu aux préoccupations du parquet.

 

Lorsque le parquet militaire abordera la question des éléments sonores dans le dossier, le Général Bassolet demandera s’il s’agit bien des mêmes écoutes téléphoniques qui se sont retrouvés dans la rue. Si ce sont les mêmes, il a formulé des réserves quant à la fiabilité de ces enregistrements. «Comment un élément aussi important attestant ma participation dans un crime aussi grave se retrouve sur internet?», a-t-il demandé au tribunal. En tout «avec mes avocats nous contestons la fiabilité de ces éléments sonores. Ces éléments ne sont pas du tout vrai», a indiqué le Général Bassolet. «Mais quels sont les éléments sonores retrouvés sur internet? », lui réplique le parquet. Le Général Bassolet répond: «même en libertéprovisoire je n’ai pas le droit d’aller sur internet». Il continue en disant que «si vous voulez me faire parler de ces enregistrements je vous arrête». Puis il poursuit: « ne me demandez pas de discuter de ces éléments avec vous». Mais le parquet insiste en évoquant la conversation avec le commandant Damiba et des conversations avec plusieurs autres personnes. La réponse du général: «je le répète, je ne vais pas faire le moindre commentaire sur ces éléments sonores qui ne sont pas exacts».

Face à la persistance du parquet l’accusénote: « c’est à ce genre d’exercice inutile que le parquet se livre justement parce que le dossier est vide; ils vont passer le temps à lire des conversations téléphoniques. En dehors des lectures fastidieuses, il n y a rien dans le dossier». Et c’est le Général qui invite le parquet à revenir à la réalité des faits. «Monsieur le président, vous avez les chefs d’accusation précis, la complicité d’attentat à la sûreté de l’état, la trahison». Ainsi, le parquet notifie à l’accusé s’il a été en intelligence avec Guillaume Soro. «Je demande ce sur quoi l’accusation fonde son accusation. Ils sont incapables de dire la provenance de ces écoutes et ne me dites pas de commenter quelque chose de faux, de fabriquer»,répond le Général Bassolet. Avant de continueren disant qu’il ne peut discuter des écoutes parce qu’ils ne sont pas fiables. «Si le procès est basé sur des écoutes qu’on nous oppose d’autres choses fiables», rappelle le Général.

Sur cette question, le parquet fera une observation en notant que ce ne sont pas les écoutes que le Général remet en cause mais la façon dont ça été mené. A cela le général Bassolet dira: «c’est vrai je suis très embarrassé de voir des magistrats de haut rang manipuler ce qu’ils appellent les éléments sonores. Oui, je suis embarrassé par cette nouvelle façon de faire. Moi j’attends qu’on me dise que le Général Bassolet voilà ce que vous avez fait. Si non les écoutes, c’est illégal, c’est fabriqué et c’est instrumentalisé pour m’accuser. Sinon, pour écouter quelqu’un il y a une procédure à mettre en place. Cetteprocédure n’a pas été respectée!». Le parquet souligne que pour lui les faits se trouvent dans les écoutes. C’est sur ce dialogue de sourd que le président du tribunal va suspendre l’audience qui reprendra ses droits aujourd’hui mardi 08 janvier 2019.

Firmin OUATTARA

 



20
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





20:43:16