Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Reconquête du pouvoir, Mélégué et le Haut conseil du CDP arrivent !

09/01/2019
00:00

Paramanga Ernest Yonli, Soungalo Apollinaire Ouattara, Mélégué Traoré, Juliette Bonkoungou, Bongnessan Arsène Yé, Komba Boly, Bâ Sékou, Joseph Paré, Salia Sanou, Jean de Dieu Somda, Naboho Kanidoua, Laurent Sédégo, Alain Edouard Traoré, Léonce Koné, Mahama Zoungrana, Bernard Nabaré, Boubakar Diallo, Céline Yoda/Konkobo…. Ils sont 79 membres hommes et femmes composant le Haut conseil du Congrès pour la démocratie et le progrès, coordonné par Mélégué Traoré. Leur point commun, c’est qu’ils ont tous eu à un moment ou à un autre, d’une manière ou d’une autre, à travailler avec Blaise Compaoré. Un autre point commun pour la plupart d’entre eux, ils ont été victimes directes ou indirectes des événements des 30 et 31 décembre 2014. Mais, dans tout cela, le point le plus commun à eux tous, est la fidélité à leur parti politique, le CDP et à son père fondateur, Blaise Compaoré.

Ainsi, ces anciens présidents d’institutions, anciens ministres, anciens commis de l’Etat sous le règne de Blaise Compaoré ont décidé de soutenir leur famille politique par des conseils et des avis appropriés sur des questions d’ordre national et/ou interne à leur parti. Ils ont décidé de s’organiser pour que vive ou revive le flambeau de ce parti. Ils ont enfin décidé de conquérir ou reconquérir le pouvoir par les urnes. Même s’ils ne l’ont pas perdu dans les urnes. Et c’est ce défi qui va donner de la valeur à leur travail. En d’autres termes, comme ces sages du CDP ont déjà donné le ton, la conquête du pouvoir d’Etat doit se faire de façon démocratique dans les urnes. Sans haine, de façon transparente et dans la tolérance des différences et des différends. Ils se rappellent encore qu’ils ont commis des erreurs et pour cela, ils demandent pardon au peuple. C’est un acte d’humilité pour des gens qui, visiblement, n’ont plus rien à perdre. Ils ont vécu, ils ont travaillé chacun à un haut niveau de responsabilité pour la nation. A travers leur coordination, ils veulent certainement participer à leur manière à la construction de la nation.

Mais la tâche qui les attend ne sera pas de tout repos, car le parti pour lequel ils sont les «hauts conseillers» connait déjà des velléités de candidatures hors statuts à mesure que s’approche la présidentielle de 2020. C’est le cas de ces membres du même haut conseil qui appellent à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo, alors que le parti ne s’est pas encore prononcé sur sa participation à l’élection. Ce qui constitue déjà un «plat chaud» sur lequel le Haut conseil doit se pencher. Afin de coaliser l’ensemble des militants sur une seule et unique candidature conformément aux statuts et règlement intérieur du parti. Et comme le souhaiteraient sans doute de nombreux militants. Au cas contraire, le parti va connaître une deuxième crise, après l’insurrection et l’élection de son président, qui risque de lui être fatale. Mélégué et les siens sont sans doute bien avisés pour y trouver bonnes solutions.

Dabaoué Audrianne KANI



23
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Des Burkinabè réfugiés chez eux, au Burkina Faso

Il y a quelques années en arrière, personne n'aurait cru qu'un jour des Burkinabè pouvaient se retrouver refugiés chez eux au Burkina. Et pourtant, c'e...

14/06/2019

Blaise Compaoré s’approche du Burkina, François s’en éloigne

De plus en plus, le président Blaise Compaoré multiplie les vœux de regagner le Burkina Faso. Sa terre natale où il a été président pendant 27 ans. Ce ...

13/06/2019

Simon, ne les appelez pas quand vous n’allez pas vous entendre

L'opposition politique demande que le dialogue initié par le président du Faso prenne en compte les questions sociales, économiques et sécuritaires au ...

12/06/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





21:03:46