Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Tous au rapport annuel chez Roch en attendant

09/01/2019
00:00

Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC); Commission de l’informatique et des libertés (CIL); Médiateur du Faso; Conseil économique et social (CES)… Les présidents des institutions rattachées à la présidence du Faso se succèdent en cette fin ou début d’année (c’est selon) au palais de Kosyam où ils rendent compte de leurs activités par les traditionnels rapports. Ce qui est une exigence de rédévabilité qui veut que chacun rende compte de ce qu’il a fait et continue de faire. Et ce d’autant plus que c’est l’argent du contribuable qui est utilisé. De même, si on rend compte des activités, on fait aussi cas des difficultés que l’on rencontre et surtout des recommandations que l’on propose pour améliorer ou aplanir les difficultés. Chaque année donc, des recommandations sont faites pour améliorer non seulement le travail des institutions, mais surtout, garder le cap de la gouvernance d’une manière générale. Malheureusement, on a l’impression que ces recommandations n’apportent pas les remèdes escomptés.

En effet, quand on considère le cas de l’ASCE-LC, le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga a noté dans son rapport que la gouvernance financière (notamment pour ce qui concerne la commande publique) ne s’est pas améliorée par rapport aux années précédentes. Autrement dit, il y a plus de manquements. Alors qu’on se rappelle que l’année passée, dans son rapport celui-ci avait attiré l’attention à travers, des recommandations pour que les choses s’améliorent. Sur la corruption par exemple. Si après tout c’est le contraire, c’est qu’à quelque part quelqu’un n’a pas joué son rôle.

Les Burkinabé ont toujours dénoncé le fait que les recommandations de plusieurs rapports dans plusieurs domaines «dorment» dans les tiroirs sans être appliquées. Il en est de même pour de nombreux textes de lois ou décisions dont l’application sur le terrain se ressent difficilement. Alors que tout le monde est unanime à reconnaître qu’on ne peut rien changer sans appliquer les textes de lois qu’on s’est soi-même imposés. A moins que ces textes et autres recommandations n’aient été votés juste pour noircir les pages de ces rapports et les rendre par la même occasion plus volumineux les uns que les autres! Et donner ainsi l’impression qu’on travaille beaucoup et bien!

A défaut de donner les moyens financiers et législatifs aux institutions qui font ces recommandations afin qu’elles puissent les mettre en œuvre, il faut mettre en place à la Présidence du Faso ou au Premier ministère des organes suffisamment indépendants et puissants pour les appliquer. On pourrait au cas où ces organes devraient engendrer des frais financiers, réduire le nombre de ces nombreux chargés de missions ou conseillers techniques dont certains ne foutent absolument rien. La bonne gouvernance ne signifie pas seulement qu’il faut produire de beaux rapports ou faire de belles et bonnes recommandations. Il faut surtout, et c’est cela le plus important, les mettre en œuvre afin que véritablement elles aient un sens. Sinon, on fait du «surplace» puisque chaque année, on reprend finalement sous une autre forme les mêmes recommandations et on recommence. A quoi cela peut-il donc servir?

Dabaoué Audrianne KANI

 



28
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous recherchez des terroristes à travers une liste ?

A quoi répond cette liste de 247 "terroristes” recherchés par la Sécurité? Le ministère de la Sécurité a publié hier lundi 18 mars 2019 sur sa page fac...

19/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:11:08