Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


CAN 2019 en Egypte : Deux sportifs donnent leurs appréciations

10/01/2019
00:00

La Confédération africaine de football (CAF) a donné l'information ce mardi 08 janvier. Depuis qu’elle est tombée, les commentaires prolifèrent à Banfora, dans la cité du Paysan-noir. A cet effet, nous avons rencontré deux spécialistes du sport pour savoir leurs points de vue respectifs. Lisons plutôt.

 

Moumouni Traoré, ancien directeur provincial des sports et loisirs du Kénédougou.

«L'image du Cameroun est entachée»

«C'est dommage que le Cameroun ne va pas organiser cette CAN. Quant au choix de l'Égypte, sur le plan sécuritaire je n'étais pas d'avis. L’Afrique du Sud constituait l’idéal. Il y a déjà des infrastructures, la sécurité aussi. En entendant parler le président de la CAF, il semble que celle-ci va collaborer avec le gouvernement égyptien pour assurer la sécurité. D'emblée nous allons assister à une CAN qui sera à la hauteur car en Égypte nous avons déjà des infrastructures adéquates qui peuvent l’accueillir.

Dans cette CAN le nombre des équipes a augmenté. Ce qui est première dans l'histoire du football africain. On aura l'occasion de suivre beaucoup de pays, plusieurs matchs. C'est déjà une bonne chose et cela donne de la compétition à assez de pays qui émergent dans le football africain. Pour ce qui est de la période (de juin à juillet), je pense que c'est la période la mieux appropriée car elle coïncide avec les vacances. Quand on joue en janvier-février certains de nos professionnels en Europe perdent leur place de retour de la CAN. Cela crée aussi des dommages à des clubs en Europe. Si par hasard il y'a cinq professionnels d'Afrique dans un club, du coup ça crée un déséquilibre».

 

 

Serge Éric Alacomy Ouattara, professeur d’Education physique et Sportive et maître de JUDO à Banfora.

«C’est un couteau à double tranchant»

«Retirer la CAN au Cameroun pour l'Égypte, c'est un couteau à double tranchant. On avait octroyé la CAN au Cameroun mais depuis là ils sont en cours de délais. En Égypte, c'est bien. L'événement va se passer. Mais maintenant on attend de voir les mesures sécuritaires qui seront prises. Puisque en Égypte ce qui m'inquiète c'est le problème de sécurité. Ensuite, y'a un problème interne en Égypte qui est général à savoir le terrorisme... En dehors de cela, je pense que les Pharaons ont les bagages nécessaires pour faire bonne figure. On prie pour que tout se passe bien. Le nombre d'équipes a évolué et cela permettra et à d'autres équipes d’évoluer. Mais ce nombre d'équipes doit aussi jouer sur la qualité. On a besoin d'un football africain de qualité mais pas de quantité. Il ne faudrait que des équipes prennent des «scores fleuves»; cela ne serait pas intéressant. Pour le sort des Etalons du Burkina Faso, seul le technicien Paulo Duarte aura le dernier mot».

 

NB : Moumouni Traoré fut le premier directeur provincial des sports et loisirs du Kénédougou en avril 2014.

Besséri Ouattara/Banfora

 



13
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Vous recherchez des terroristes à travers une liste ?

A quoi répond cette liste de 247 "terroristes” recherchés par la Sécurité? Le ministère de la Sécurité a publié hier lundi 18 mars 2019 sur sa page fac...

19/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Ce témoignage « douteux » de Sy Chérif

"Nous démentons formellement la véracité de ces enregistrements. Pour le reste, nous laissons Chérif Sy à ses délires. Il est instable psychologiquemen...

18/03/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





19:03:20