Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Filière coton au Burkina : « Le retour du coton BT dans les champs doit être un impératif pour les autorités »

28/01/2019
00:00

Le samedi 26 janvier 2019, des cotonculteurs, membres du Collectif Citoyen pour la Science et le Développement Durable (CSDD), ont animé une conférence de presse à la maison de la Culture de Bobo. A l’ordre du jour, le retour du coton Bt dans les champs souhaité.

 

François Traoré (ancien président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina), Doyé Zoubiessé, Bakary Ouattara et Amadou Cessouma ont co-animé la conférence. Dès les premières lignes de leur déclaration, les animateurs de la conférence de presse ont énuméré des conséquences néfastes de la culture du coton conventionnel. Il s’agit entre autres, de la baisse de la production cotonnière au Burkina, la perte du rang de premier producteur de coton en Afrique, l’augmentation des impayés au sein des producteurs, l’influence des pesticides sur l’environnement d’û à leur usage excessif... Selon eux, si les autorités n’y prennent garde, la situation éprouve pour beaucoup les producteurs. Car disent-ils, « Cette situation impacte négativement les finances des populations rurales qui tirent l’essentiel de leurs revenus sur la vente du coton graine. Ce sont ces revenus qui leur permettent de subvenir à leurs besoins socio-économiques (santé, construction de maison, scolarisation des enfants, l’hydraulique villageoise, les écoles et mariage…). Le retour du coton conventionnel a eu aussi un impact négatif sur les cultures céréalières car les producteurs acquièrent les crédits intrants céréales qu’ils remboursent sur le crédit intrants coton». Contrairement au coton conventionnel, le Bt selon eux, offre beaucoup d’avantages. «La culture du coton Bt offre beaucoup d’avantages dont on peut citer entre autres: l’augmentation des revenus des producteurs due à un meilleur rendement à l’hectare du coton Bt, une diminution du temps de travail au champ de coton…), disent-ils. Selon eux, se taire et laisser mourir la filière coton au Burkina, c’est en être complices. C’est pourquoi, ils interpellent les autorités du pays à réintroduire le coton Bt dans le circuit. «Pour favoriser une relance de la culture cotonnière, nous cotoncultuers demandons officiellement au nouveau gouvernement de Christophe Dabiré la levée de la suspension de la culture du coton Bt».

Souro DAO



17
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:53:05