Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Franc CFA : En finir avec ce joug colonial !

29/01/2019
00:00

Le vice-Premier ministre italien LuigiDiMaio n’y va pas de main morte. Sans langue de bois et au risque de froisser les autorités françaises, il aborde la question du franc CFA avec courage et panache. Ainsi donc, dimanche 20 janvier 2019 Luigi Di Maio a accusé la France"d’appauvrir " ses ex-colonies d’Afrique par le biais du franc CFA. Franc dont il rappelle la véritable appellation, Franc des Colonies françaises d’Afrique, en abrégé F CFA. "Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies. Et avec cette monnaie elle finance la dette publique française", dit-il, sans coup férir! L’on ne peut pas balayer du revers de la main les déclarations de l’homme politique italien. Même si elles interviennent à un moment où s’annoncent les élections européennes. Les défenseurs de la cause du FCFA ont vite fait d’en faire le lien. Soit! Mais, les accusations de Luigi Di Maio ne sont dénuées de tout fondement. La réalité est là, réelle et bien crue! Les 14 néo-colonies (formellement et seulement formellement indépendants) obligés d’utiliser cette monnaie française sont contraints de donner la moitié de leurs réserves de change à la France. Cette manne financière qui n’est pourtant pas la sienne, la France en use comme elle veut. Les Africains n’y ont pas accès. C’est pourquoi le leader du Mouvement 5 Étoiles affirme que le franc CFA "finance la dette publique française". Cette idée est partagée par des Africains de plus en plus nombreux, notamment dans sa frange jeune. Même s’il s’en trouve des gouvernants africains pour proclamer le contraire. D’où leur silence embarrassé quand il s’agit d’évoquer publiquement la disparition du F CFA au profit d’une monnaie véritablement africaine. Parce qu’ils savent de qui ils tiennent leurs trônes respectifs. L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo en sait quelque chose. Sa volonté de frapper sa monnaie et libérer son pays du joug colonial que constitue le F CFA, lui a valu une chute précipitée. Il a été neutralisé par les militaires français et remis à l’autre camp, direction la CPI. La suite, on la connait. Alors, le plus souvent les gouvernants de la zone se contentent d’être des porte-voix de leur maître, la France. C’est ce qu’a fait le ministre nigérien en charge des Finances de son pays, Hassoumi Massaoudou, qui déclare sur RFI (Radio France internationale) que le F CFA «n’est pas un franc colonial». Cette peur au ventre de nos dirigeants est l’une des causes pour laquelle la monnaie de la CEDEAO peine à voir le jour. Les pays de l’UEOMA, un autre instrument piloté à distance par la France, freine des quatre fers. Parce qu’il est évidant que des pays comme le Nigeria et le Ghana n’accepteront pas que la France vienne gérer cette monnaie commune. Tout espoir de voir disparaître cette monnaie n’est toutefois pas perdu. Parce qu’au-delà des déclarations du vice-Premierministre italien, d’autres voix s’élèvent pour dénoncer le caractère colonial du F CFA et demander sa suppression. C’est le cas de la Chine et de la Russie, deux poids lourds de l’économie mondiale. Et c’est bien ce qui inquiète le plus les autorités françaises!

Aly KONATE

alykonat@yahoo.fr



11
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:12:25