Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Ça grouille déjà dans les partis politiques !

29/01/2019
00:00

Dans un peu plus d’un an, les Burkinabè retourneront dans les urnes pour choisir un nouveau président, comme le veut la Constitution, car le mandat de cinq (05) ans de l’actuel chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré arrive à terme en 2020. En attendant ce moment pour savoir sur qui portera le choix du peuple, dans presque tous les partis et formations politiques, majorité comme opposition, l’on s’active déjà pour être au rendez-vous. Certainement parce que l’enjeu est de taille et chaque parti et formation politique voudrait qu’il lui soit confiées les destinés du pays. Du côté del’opposition, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) par exemple s’est lancé dans une logique de reconquête du pouvoir. D’ailleurs, la rencontre de son bureau politique national le samedi 26 janvier 2019, à Ouagadougou démontre à suffisance cet état de fait. A cette occasion, les membres du parti ont une fois de plus, réaffirmé leur volonté de reconquérir le pouvoir d’Etat. Comme stratégie, ils comptent faire un maillage du territoire national. A cet effet, des tournées sont annoncées très prochainement dans les 45 provinces pourgalvaniser les militants. Le Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), une nouvelle formation politique qui vient s’ajouter à la longue liste de partis membres de l’opposition politique burkinabè et dont le lancement est intervenu le 27 janvier dernier dans la capitale, a aussitôt dévoilé ses ambitions pour la conquête du pouvoir. Le parti assure vouloir apporter un changement dans la gestion du pays et pour cela, le MRC va soutenir la candidature de l’ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry en 2020. Parce que pour les premiers responsables de ce parti, celui-ci a déjà montré ses capacités de rassembleur et d’intégrité dans la gouvernance de la chose publique. D’autres partis politiques comme l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ou encore l’Alliance pour la démocratie / Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) pour ne citer que ces deux partis, ne sont pas également en reste. En face, la majorité présidentielle affûte aussi sérieusement ses armes. Les différents partis multiplient les sorties sur le terrain pour convaincre et espérer bénéficier à nouveau de la confiance du peuple en 2020. Au Mouvement du peuple et le progrès (MPP) par exemple, les départs récents de Simon Compaoré et de Clément P. Sawadogo du gouvernement s’inscrivent sans doute dans cette logique. Désormais déchargés de leurs postes gouvernementaux, ces deux poids lourds du parti au pouvoir pourront très prochainement arborer le rôle de mobilisateurs dans les différentes contrées du pays. Dès lors, il n’est pas exclu que l’on assiste très bientôt à des actions politiques de grandes envergures dans les quatre coins du pays. C’est donc dire que dans cette pré-campagne électorale qui bat de l’aile, aucun parti et formation politique ne voudrait se la faire contée.

Ousmane TRAORE

 



36
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

Dialogue politique, voici là où ça va coincer !

Le président du Faso a reçu, il y a de cela quelques semaines, la majorité et l'opposition politique. Sur des questions d'intérêt national. Pour ces qu...

19/04/2019

Ainsi, ils sont allés en grève pour deux jours

Jusqu'à la dernière minute, on croyait que le gouvernement allait trouver solutions aux préoccupations du Syndicat national des travailleurs de la sant...

18/04/2019

Blaise à Roch, la réconciliation est bien possible

C'est Jeune Afrique qui a donné l'information; immédiatement reprise par les réseaux sociaux. Blaise Compaoré aurait écrit à Roch Marc Christian Kaboré...

17/04/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





01:24:37