Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


Il faut avoir pitié de Roch !

30/01/2019
00:00

Certains diront que «c’est lui qui a dit qu’il veut être président, il n’a qu’à supporter et gérer». C’est vrai, mais visiblement Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso fait pitié. Il fait tout, ou presque pour maintenir le navire, mais visiblement celui-ci tangue sérieusement et dangereusement.

A peine Roch Marc s’était-il installé dans son fauteuil à Kossyam qu’il a été accueilli par la première attaque terroriste un 16 janvier 2016, en plein cœur de Ouagadougou. Et, depuis cette date, les attaques terroristes et macabres se sont multipliées et pire, se poursuivent avec leurs corollaires de morts (trois cents, indique-t-on dans certains milieux), de blessés, d’enlèvements, de dégâts matériels importants (incendies de commissariats, de brigades de gendarmeries, de matériels militaires et roulants…). Pire encore, elles n’épargnent aucune partie du pays.

Comme si cela ne suffisait pas, les organisations syndicales se sont, elles aussi, invitées dans la danse. Les grèves se sont succédées les unes aux autres, dans pratiquement tous les secteurs d’activités. Même dans le privé, les transporteurs ont, par deux fois, bloqué le trafic routier et le transport de marchandises. C’est ainsi que dans l’Enseignement, dans la Santé, dans l’Inspection du travail, dans les Finances et l’Economie pour ne parler que de ces cas, il y a eu des grèves et des manifestations qui ont sérieusement désagrégé le tissu social et économique. Jusqu’à présent, l’économie nationale et surtout le programme du président, en portent les stigmates.

Les affrontements entre les forces d’auto-défense Koglwéogo et les dozos d’une part, et entre ces forces et des populations d’autre part ont sérieusement fragilisé, dans certaines zones du pays, le vivre-ensemble. Cela a débuté à Karangasso-Vigué, où par deux fois, les chasseurs traditionnels dozos et ces Koglwéogos se sont affrontés, occasionnant des morts. Puis, ce fut à Thilago dans le Sanguié. Dans les deux cas, aucun acte décisif n’a été posé pour dissuader ces hors-la-loi. C’est certainement ce qui leur a donné le courage de massacrer des Peulhs à Yirgou. Mettant ainsi tout le pays en émoi! Malheureusement, jusqu’à présent, le pouvoir n’a pu trouver la fermeté nécessaire qu’il fallait dans ce genre de situations pour faire respecter son autorité.

Comme si cela ne suffisait pas toujours, les Burkinabè ont trouvé ces derniers temps une autre forme d’incivisme qui consiste à s’attaquer les uns aux autres. A Nafona, des populations ont lâchement tué deux policiers partis pour une interpellation. A Orodara, des affrontements entre jeunes et policiers ont fait six morts et des blessés. Jusqu’au moment où nous tracions ces lignes, nous n’avons pas d’information selon laquelle, l’autorité de l’Etat s’est manifestée par des arrestations et des déferrements à des Maisons d’arrêt et de correction. Les parents d’élèves frappent les enseignants devant les élèves.

Roch change de Premier ministre et renouvelle son gouvernement. Auparavant, il a procédé à des changements dans l’armée et dans plusieurs secteurs. Comme s’il n’avait rien fait, les terroristes se signalent de plus en plus par des attaques répétées, les syndicats menacent, le vivre-ensemble des Burkinabè est hypothéqué, le tissu économique souffre; dans l’opposition on ne fait pas de cadeaux au pouvoir,… Roch fait pitié. Qui pour le sauver?

Dabaoué Audrianne KANI



15
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





15:28:19