Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


SOFITEX et le Pool bancaire international :Des relations toujours au beau fixe

31/01/2019
00:00

Comme chaque année depuis bientôt trois décennies, la SOFITEX (société burkinabè des fibres textiles) et un pool de banques internationales constitué de la Société Générale, la Société Internationale de Financement et BNP Paribas, ont signé le 24 janvier à Paris, la Convention de financement de la campagne cotonnière 2018/2019.

 

Pour ce 28ème accord appelé «SOFITEX 28», les banquiers internationaux ont vu grand. 65 millions d’euros, soit 42.637.000.000 de francs CFA seront mis à la disposition de la SOFITEX pour compléter le financement assuré par les banques nationales. Preuve une fois encore, de leur inébranlable confiance vis-à-vis du Burkina Faso: «malgré la situation sécuritaire préoccupante, le pool bancaire continue à nous faire confiance», s’est d’ailleurs félicité Alain Ilboudo, l’ambassadeur du Burkina Faso à Paris.
Cette coquette enveloppe servira à l’achat du coton graine auprès des contonculteurs, au transport du coton vers les 15 usines d’égrenage appartenant à la SOFITEX, à l’évacuation de la fibre vers les différents ports d’embarquement, et à l’achat et à la répartition des intrants.

De quoi redonner le moral à la filière cotonnière durement pénalisée en 2018 par les aléas climatiques. «Nous avions tablé sur une production de 500.000 tonnes de coton graine. Hélas, la faible pluviométrie de 2018 en a décidé autrement. Impactant négativement le rendement du cotonnier. Résultat, nous avons dû nous contenter d’une production de 405.000 tonnes», indique Wilfried Yaméogo, le Directeur général de la SOFITEX. Qui n’en demeure pas moins confiant pour cette année.

«Un secteur clé de l’économie burkinabè»

Premier produit agricole d’exportation du Burkina Faso, le coton représente un des secteurs clés de son économie. Il contribue pour environ 11% de son produit intérieur brut (PIB) et 17,5% de ses recettes d’exportation. Des huileries aux filatures en passant par les assurances, les transports, les impôts, les hydrocarbures, les finances, et autres fournisseurs d’intrants, 350.000 familles sont engagées dans sa production et il permet à quatre millions de personnes soit 20% de la population, de disposer d’importants revenus.
Des performances qui pourraient être nettement meilleures quand on sait que seulement 30% de la production est transformée sur place. Et Wilfried Yaméogo en est conscient: «c’est une situation contre laquelle le gouvernement burkinabè et la SOFITEX, avec l’appui de l’UEMOA, (Union économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest) se battent depuis quelques années», indique-t-il. Et le Directeur général de la SOFITEX de préciser: « d’ores et déjà, des projets sont en train de prendre corps pour renforcer la plate-forme de transformation de coton déjà sur place ».

Neo Africa News



14
Partager sur Facebook

B Commentaires - Soyez le premier à commenter -

Recherche

Derniers articles

La situation du pays vaut bien des larmes

L'émotion l'a emporté; Joseph Marie Christophe Dabiré, Premier ministre a versé des larmes alors qu'il s'adressait aux représentants de la nation à l'A...

19/02/2019

Bobo-Dioulasso, le laboratoire politique burkinabè

Kadré Désiré Ouédraogo, l'ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, ancien vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (B...

18/02/2019

Présidentielle 2020, le CDP risque de se faire « hara-kiri »

C'est à partir de Bobo-Dioulasso, ce samedi, que Kadré Désiré Ouédraogo va réagir, ou du moins, va accepter l'appel qui lui est fait par des militants,...

15/02/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





14:52:12