Flash Info utane

 Burkina/ Gratuité des soins: Un agent de santé arrêté avec 4360 boîtes d'Artesun détournés. Jeux de la Francophonie: Le Burkina Faso termine 10ème   


A 1 commentaire Ajouter un commentaire

Sauvegarde de la nature: Le Burkina Faso noté 10/10 par la directrice générale de l'UICN, Inger Anderson

01/02/2019
00:00

Dans le cadre de la visite de travail au Burkina du 28 au 31 janvier 2019 de la directrice générale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Inger Anderson, le ministère de l’Environnement, de l’économie numérique et du changement climatique en collaboration avec l’UICN a organisé une conférence de presse le 31 janvier dernier à Ouagadougou. De cette conférence, il est ressorti qu’au Burkina, il y a une volonté et un fort engagement en ce qui concerne la sauvegarde de la nature.

La directrice générale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Inger Anderson a séjourné sur le sol burkinabè du 28 au 31 janvier 2019. L’objectif de cette visite était selon elle, de s’assurer que le partenariat existant entre le gouvernement burkinabè et l’UICN datant de plus de 20 ans se déroule très bien. Après les visites sur les réalisations du programme, la directrice générale de l’UICN a échangé avec le personnel, les membres, les experts des Commission et les partenaires de l’Union sur les grands défis environnementaux et les perspectives d’une collaboration pour un monde plus sain qui valorise et conserve la nature. Au regard du taux de réalisation du programme, pour la directrice générale de l’Union «Au Burkina, il ya la volonté et l’engagement. Si je devais le noter, je lui donnerai 10 sur 10.» Egalement, cette visite a été une opportunité pour Inger Anderson de partager sa vision de l’organisation en tant que DG. Toujours selon elle, après plus de 20 année de présence au pays des Hommes intègres, le personnel régional du l’UICN sera redéployé contrairement à la rumeur annonçant la délocalisation du bureau régional. Toute fois, elle a tenu à souligner que cela n’est pas un signe d’abandon du pays face au contexte sécuritaire. «Comme je l’ai dit tantôt, nous ne fuyons pas le Burkina Faso. Mais nous devons être flexible, tenir compte des bailleurs également. Nous avons plusieurs programmes, 53 pays qui sont membres de l’UCN donc il faut également tenir compte des avis de nos bailleurs. Mais comme je vous les dis, une décision définitive n’est pas encore prise. Nos programmes ne sont pas directement gérés à partir du Burkina, donc, je réitère et je maintiens que nous allons être le plus flexible possible dans cette décision». ajoute-elle. Pour sa part, le directeur du cabinet du ministère de l’Environnement, Rasmané Ouedraogo, représentant son ministre, Nestor Batio Bassière a magnifié la nature des relations qui existent entre l’UICN et le Burkina Faso, des relations qui se veulent en termes d’échanges. Pour ce faire, il a souhaité que ces relations perdures. Il faut le dire, l’année 2020 sera décisive pour la biodiversité en raison de la tenue du congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille en France et la 15ème réunion de la conférence des parties des Conventions sur la diversité biologique, prévue la même année en Chine, qui offrent une opportunité unique de placer la nature au cœur de l’agenda politique, national et international. Ce sera l’occasion pour l’UICN de sensibiliser le grand public et de mobiliser le plus grand nombre d’acteurs possibles en faveur de la conservation de la nature. En 2020, l’atteinte des 20 grands objectifs internationaux (objectifs d’Aichi) adoptés en 2010 sera évaluée et un nouveau plan d’action pour les 10 prochaines sera approuvé par les 196 Etats membres de la Convention de l’ONU. A noter également que l’UICN est une union de membres composée de gouvernement et d’organisations de la société civile. Elle offre aux organisations publiques, privées et non-gouvernementales les connaissances et les outils nécessaires pour que le progrès humains, le développement économique et la conservation de la nature se réalisent en harmonie. Créée en 1948, elle compte avec l’expérience, les ressources et le poids de ses plus de 1300 organisations membres et compétences et de ses plus de 13000 experts.

Aïcha TRAORE



78
Partager sur Facebook

B Commentaires - Ajouter un commentaire - Voir tous les commentaires (1)
D
Posté par - 03/02/2019 à 15:01:10
Pour comprendre les politiques occidentales, incluant évidemment l'UICN, il faut toujours passer par l'Afrique. On n'est jamais déçus ! Fidèle à sa manie planificatrice, l'UICN étendait son dévolu su...

Recherche

Derniers articles

Après Naaba Sonré du Boussouma, c’est le Kupiendieli du Gulmu

Ils avaient plusieurs points en commun. D'abord, ils sont tous rois. Tous les deux trente-unième de leur lignée. L'un du Boussouma, l'autre du Gulmu. I...

19/08/2019

Gouvernement/Syndicats, l’échauffement en attendant la rentrée

Au cours d'une conférence de presse ce mardi 13 août 2019, l'Unité d'action syndicale (UAS) a taclé le gouvernement en le traitant de « méprisant » et ...

16/08/2019

Ce qui s’est passé à Youga est extrêmement grave

Suite à la mort d'une personne étrangère sur laquelle un vigile aurait tiré dans l'enceinte de la mine d'or de Youga, des populations énervées n'ont pa...

14/08/2019

Portrait

Conseil des ministres

Vidéos





00:56:01